Les jeunes et les agités de Konoha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Siby Ogawa le Sam 19 Jan - 9:45

Bonjour, voici une nouvelle Fanfiction imaginée par Drielack à partir du chapitre 616. Le chapitre 615 l'ayant beaucoup stimulé pour le couple Naruto-Hinata. Donc, si vous ne savez pas ce qui s'y passe dans ces chapitres, évitez de lire la fic si vous préférez gardervotre suspence.

C'est une fanfic humoristique et romantique qui sera assez courte ^^ Cette fois-ci pour les trucs Shôjo je vais lui donner des conseils XD

Commençons donc avec le premier chapitre ^^

Bonne lecture.







Chapitre 1 : La solitude de l'Hokage





Déjà six mois que la grande guerre ninja s'est terminée par la victoire coûteuse de l'alliance shinobi. La paix règne de nouveau sur Konoha toujours en pleine reconstruction. Le village pleure ses morts, mais malgré la tristesse de la perte de nombreux proches, un immense élan de vie s'est emparé du village.

Naruto a été porté en triomphe comme le grand héros de ce titanesque affrontement, devenant par l'occasion le sixième hokage comme il se l’était toujours juré. Heureusement pour lui, les tâches administratives de cette fonction sont assurées par son adjoint. Shikamaru Nara seconde le jeune Uzumaki qui n'est pas vraiment un meneur pour ce qui est de la gestion de la reconstruction du village.

Malgré les premiers jours enthousiasmant pour Naruto dans cette fonction tant rêvée, il y a une ombre qui s'installe jour après jour un peu plus dans son cœur. Sa popularité n'a pas de limite, les gens le saluent, le respectent, les jeunes filles lui courent après telles des groupies. Et pourtant le soir, après les journées de labeur, Naruto se sent bien seul dans son modeste appartement, les membres de son ancienne équipe n’étant plus auprès de lui.

Sasuke, ayant combattu finalement contre Obito dès lors qu'il eu découvert que ce dernier était le responsable du destin funeste de ses parents et de son frère, n'a pas souhaité revenir au village. Sakura par amour pour ce dernier, l'a suivi comme elle avait voulu le faire lors de son départ des années auparavant. Maitre Kakashi s'est sacrifié pour emporter Obito avec lui dans l'oubli. Grâce au lien de sa pupille et de celle d'Obito, il se téléporta dans leur dimension en emportant Obito avec lui et une bombe biju pour disparaître tous les deux dans un maelström de chakra.

C'est le soir venu que Naruto ressent une solitude plus profonde que jamais. Les paroles d'Obito prenant tous leur sens : « ce qui t'attends c'est la solitude ». Étrangement, sa nouvelle popularité fait ressentir à Naruto la solitude de ces moments chez lui encore plus pesante. Le titre d'Hokage lui attire la sympathie et l'affection des gens, mais sa fonction semble l’empêcher de tisser des liens forts. Comme si les habitants voulaient maintenir une certaine distance avec lui comme par le passé à la différence qu'ils ne ressent pas du mépris, mais une sorte de respect envers lui qui les retient. Jour après jour, la morosité s'installe chez lui, elle n'est pas visible, sauf pour une personne qui l'a remarqué depuis un moment.

Bien décidé à ne pas laisser Naruto s'enfoncer jour après jour dans une lassitude qui ne lui convient pas, le jeune ninja décide de tout faire pour trouver la solution à ce changement chez son mentor et rival de toujours. Avec l'aide de ses deux compères, Konohamaru mène l’enquête discrètement chaque jour pour trouver ce qui perturbe Naruto.

Depuis quelques temps, lors de ses filatures, Konohamaru a l'impression de ne pas être le seul à observer l'Hokage. Un soir, suivant discrètement Naruto qui rentrait seul après un petit encas chez Ichiraku en compagnie de Iruka, Konohamaru remarqua une ombre furtive se glisser avec plus de talent que lui sur les toits du village. Intrigué, le jeune garçon suivit l'ombre du regard tout en restant au sol. Le doute n’était pas possible, l'ombre suivait bel et bien Naruto.

En s'approchant de la demeure de Naruto, il perdit la trace de la mystérieuse silhouette. Abandonnant l'idée de retrouver l'inconnu, Konohamaru se plaça sur le sommet d'un petit réservoir d'eau. L'emplacement était idéal pour observer la fenêtre de l'appartement de Naruto. Régulièrement il se postait là pour observer les faits et gestes de ce dernier le soir.

Comme souvent, il voyait Naruto tourner un peu dans l'appartement, parfois semblant parler tout seul. Konohamaru avait aussi noté qu'il regardait longuement la photo sur son chevet avec un air nostalgique. Puis comme lors d'un rituel, Naruto s'allongeait sur son lit et fixait souvent un instant sa main droite puis se touchait la joue droite, avant de s'effondrer et s'endormir. Pour le moment il n'arrivait pas à comprendre la signification de tout cela, mais en bon ninja, il en prenait notes.

Ce soir là, comme à son habitude il s’allongea et prit ses jumelles pour observer. Il fut surpris de voir que l'inconnu de tout à l'heure lui aussi semblait observer l'appartement de Naruto. Rapidement il jaugea la situation. Cet individu se tenait beaucoup plus près de l'appartement que lui. Mais il y avait des éléments qui perturbait le jeune Sarutobi. L'angle d'observation qu'avait pris cet individu ne permettait aucune visibilité sur l'appartement et pourtant vu sa posture, l'individu observait.

- Qu'est-ce que tu fais...serais-tu un ennemi de notre village qui enquête ou pire sur Naruto ? se dit-il en cherchant un Kunaï dans son sac. Quoi qu'il en soit je vais pas te laisser faire ça bien gentiment.

Visant avec précision l’épaule de l'inconnu, Konohamaru lança son arme sans la moindre hésitation. Malheureusement pour lui, son adversaire esquiva au dernier moment l'arme de jet.

- Mais comment a-t-il su...s’écria-t-il en se levant de sa position.

Il vit de suite l'autre se tourner dans sa direction, le fixer un instant puis filer en sautant de toit en toit.

- Hey, reviens ! cria-t-il en se précipitant à sa poursuite.

Rien à faire pour lui, Konohamaru dû rapidement le reconnaître, son adversaire était meilleur que lui dans ses déplacements, plus rapide, plus vif et plus dextre, il prit rapidement de l'avance. Dans un cri de rage, il le vit disparaître dans les ruelles sombre du village.
Le lendemain matin, retrouvant ses deux compères, il leur conta l’évènement.

- Mais tu n'as pu récolter aucun indice sur ce mystérieux espion, Konohamaru, lui demanda Moegi.
- Non je viens de te le dire, la seule chose que je sais c'est qu'il est très doué. Qu'il a un remarquable sens de l'anticipation puisqu'il a esquivé mon kunai.
- C'est tout, ça fait pas grand chose...soupira Udon en reniflant doucement.
- Ah si...un truc aussi que j'ai pu voir en le poursuivant...Dans sa course, j'ai vu que ses cheveux s’étaient détachés de sa cagoule. Il a de longs cheveux noirs.


Portraitiste en Herbe à votre service sur SibyLand-A votre Image
Drielack legend le manga : sur mon blog
                                        sur Amilova
Retrouvez mes news sur Ma Page Face Book
avatar
Siby Ogawa
Chobin
Chobin


http://www.siby-ogawa.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Siby Ogawa le Lun 21 Jan - 8:26

Hello, voici la suite ^^



Chapitre 2 : Si j'existe, c'est d’être fan

Quelques jours plus tard, nos jeunes détectives en herbe poursuivaient attentivement la surveillance du sixième Hokage. Leur tâche était facilité aujourd'hui, car Naruto et Shikamaru se déplaçaient en ville afin de contrôler l'avancée des travaux de reconstruction. Une partie du travail de l'Hokage que Naruto ne semblait pas spécialement apprécier, baillant régulièrement derrière Shikamaru qui prenait des notes, commentait les avancés des travaux avec les architectes.

- Konohamaru, tu as vu...il a vraiment l'air de s'ennuyer.
- Moegi, je pense pas que le problème vient de là, Hokage est le rêve de Naruto...
- Attention ils viennent dans notre direction, s'affola Udon
- Cachons-nous vite...

Les trois ninjas se cachèrent rapidement derrière un tas de planches. Shikamaru et Naruto vinrent dans leur direction quand soudain une troupe d'une demi douzaine de jeunes adolescentes en liesse coururent à leur rencontre.

- Kyaaaaaa Hokage Samaaaaaa...
- Naruto-Sama.....
- Rokudaime....

Entourant rapidement les deux hommes, elles s’agglutinèrent prêt de Naruto, lui tendant des effets personnels pour avoir sa signature. Ce dernier s'amusa de la situation, se frottant l’arrière de la nuque en affichant un sourire radieux.

- Doucement mesdemoiselles, je vais vous signer vos autographes.
- Naruto, s'il te plait on a pas le temps pour tout ça...s'agaça Shikamaru...
- Oh le rabat-joie, lui lança l'une des filles.
- Ouais laisse-le tranquille, toi. T'es même pas Hokage et puis t'es pas aussi mignon que Naruto-Sama.
- Ahhhh les femmes, soupira-t-il en se tenant le front. Quelle plaie...

Shikamaru attendit un moment les bras croisés que le bain de foule se termine. Mais cela trainait en longueur et il commença à rappeler Naruto à l'ordre, lui remémorant le programme de la journée. Moegi, qui observait avec ses deux amis la scène, murmura à l'oreille de Konohamaru :

- Je crois savoir ce qui manque à Naruto.
-T'es sérieuse ? C'est quoi dis-moi ?
- Naruto, cette fois cela suffit nous devons aller vérifier l'installation des derniers sans logis. Mesdemoiselles, laissez-le...
- Shikamaru, je peux pas, rit Naruto en lui montrant qu'elles ne le lâchaient pas.
- Hokage Sama, racontez-nous votre bataille contre Pain...s'il-vous-plait.
- Oh ouiiii Hokage Sama...montrez-nous votre orbe, vous êtes si cool quand vous êtes en mode sage...
- Bon ça suffit, aux grands maux, les grands remèdes....s'exclama Shikamaru en activant sa manipulation de l'ombre. Allez les filles, on fait la grimace !

Obligeant les jeunes groupies à faire quelques grimaces bien moches devant Naruto, il réussit à les calmer rapidement. Naruto se retenait de pouffer de rire.

- Shikamaru, c'est bon elles ont compris la leçon, dit-il la voix amusée...Les filles il faut vraiment me laisser maintenant.

Dégoutées et passablement humiliées, elles décampèrent dès que Shikamaru les relâcha, en le maudissant au passage. Les deux amis repartirent en passant devant la cachette des trois jeunes ninjas.

- Naruto, tu dois être plus sérieux dans ton rôle.
- Écoute Shikamaru, Elles ne sont pas méchantes. Et puis j'aime bien faire plaisir aux gens quand ils viennent me voir.
- Certes, mais pense aussi que nous devons assurer l'avenir des familles et des enfants du village, c'est cela notre tâche. Même si le bonheur qu'on apporte en gérant correctement le village n'est pas toujours aussi démonstratif que celui-là, il en est tout aussi important.
- Ouais, Ouais...Tu dis ça parce que tu n'es pas cool et mignon comme moi et que tu n'as pas de filles aussi jolies qui te demandent ton autographe...
- Pfff, les femmes comme ça franchement quelle plaie...Ça m’agaçait déjà quand elles couraient après Sasuke...Mais là, c'est encore pire...Naruto trouve-toi une copine, cela nous fera des vacances !
- Je vais pas sortir avec une fille juste pour que tu arrêtes d’être jaloux de ma popularité, répondit Naruto d'un ton moqueur. Tiens d'ailleurs ça fait longtemps que Temari n'est pas venu en visite au village, vous êtes en froid ?
- Temari est occupé avec ses devoirs à Suna...Et puis, je ne sors pas avec elle !
- Oui, bien sûr, je disais ça comme ça...histoire de parler.

Un moment après leur passage, Moegi, Udon et Konohamaru s’éclipsèrent.

- Alors Moegi dis-nous ta théorie.
- Konohamaru, c'est évident ce qui manque à Naruto, c'est une petite amie.
- Ah mais oui, tu as sûrement raison. Si je me souviens, il était amoureux de cette fille violente et plate...réfléchit Konohamaru à haute voix.
・ Oui elle s'appelait Sakura Haruno et c’était la disciple du Godaime, précisa Udon en hochant de la tête.
- Oui mais elle est partie du village après la fin de la guerre. Donc on pourra rien faire pour l'aider à sortir avec elle.
- Moegi tu as raison, il faut trouver une autre solution...approuva Konohamaru les bras croisés dans une attitude de leader.

Ils se mirent à réfléchir un long moment en silence. Udon fut le premier à briser le silence.

- On a qu'à lui trouver une fille qui lui plaise et leur organiser un rendez-vous.
- Ah ouai t'es malin toi et on fait comment pour trouver une fille qui plaise à Naruto ? vitupéra Konohamaru.
- C'est pas un problème, il est devenu très populaire et puis il suffit de trouver parmi ses fans, une fille qui ressemble un peu à Sakura.
- Ça pourrait marcher Konohamaru...acquiesça Moegi.
- Parfait ! Début de l’opération « Restaurer l'amour » !! hurla Konohamaru en se relevant, les poings serrés et le regard fièrement dirigé vers le ciel.


Dernière édition par Siby Ogawa le Jeu 24 Jan - 11:38, édité 1 fois


Portraitiste en Herbe à votre service sur SibyLand-A votre Image
Drielack legend le manga : sur mon blog
                                        sur Amilova
Retrouvez mes news sur Ma Page Face Book
avatar
Siby Ogawa
Chobin
Chobin


http://www.siby-ogawa.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Siby Ogawa le Mer 23 Jan - 8:25

Chapitre 3 : The Bachelor


Les jours suivants, nos trois jeunes amis parcoururent séparément le village de Konoha, chacun un appareil de photo à la main pour prendre un maximum de jeunes filles en photo. Tel des ninjas récupérant des preuves dans le camp ennemi, ils photographiaient leurs victimes en toute discrétion. Réalisant pour chacune d'elles une petite fiche de données résumant la candidate au futur rendez-vous avec le jeune Hokage.

A la fin de la semaine, la veille d'un jour de repos bien mérité, ils se retrouvèrent tous les trois chez Konohamaru apportant chacun les fruits de leur semaine d'investigation. Ils commencèrent alors une séance de casting sévère pour les jeunes filles qui semblaient mériter le plus d'attention à leurs yeux.

-Tiens commençons par celle-là, dit Konohamaru en sortant une photo et la fiche de renseignement. Alors ses atouts pour Naruto Nii-chan : elle a un tempérament très proche de Sakura, d'ailleurs on m'a dit qu'elles étaient très amies. C'est la fille du fleuriste et d’après mon enquête elle aime les garçons populaires...Qu'est-ce que vous en pensez ?

-Je ne crois pas, il paraît qu'elle a toujours trouvé Naruto inintéressant et en plus il y a des bruits qui courent sur le fait qu'elle s’intéresse depuis la fin de la guerre à deux garçons tous les deux bruns, comme l’était Sasuke qui l’intéressait également. Naruto est blond ça n'ira pas, répliqua Moegi.

-Moi j'ai celle-là, dit Udon en montrant une nouvelle candidate. Brune, avec deux macarons, violente et agressive comme Sakura...qu'en pensez-vous ?

-Non, elle est depuis la fin de la guerre totalement déprimée, j'ai entendu dire qu'elle ne se remettait pas de la perte d'un de ses coéquipiers. Il faut quelqu'un d'heureux de vivre pour un garçon comme Naruto.

-Moegi tu es déprimante, tu dis non à toute celles que nous avons suivies...Je ne vois pas en quoi ce que tu dis serait pertinent.

-Parce que je suis une fille et que j’écoute les potins. Je m’intéresse pas qu'au jutsu. Je comprends aussi nettement mieux les filles que vous.

-Mouais, si tu veux...alors dans ce cas montre-nous ton choix...Mademoiselle je sais tout, soupira Konohamaru légèrement agacé.

-Voila, dit-elle en montrant une photo. Elle est à mon avis la mieux pour Naruto. Elle est douce, un peu timide mais je crois avoir entendu qu'elle tenait à lui. En plus elle fait parti d'une famille honorable du village. Moi je pense que c'est elle qu'il faut aller voir.

-N'importe quoi ! s’écrièrent en cœur Udon et Konohamaru.

-Pourquoi ?

-Attends regarde cette fille, si Sakura était le Yin alors elle c'est le Yang. Elle est brune, n'a pas de grand front mais une frange. En plus regarde-moi cette poitrine...sérieux Naruto aime les filles plates. En plus tu dis qu'elle est timide et douce, Naruto doit aimer les filles forte et dynamique. Aucune chance, on peut l’éliminer d'office.

-Mais Konohamaru, je t'assure que...

-Tsss t'y connais rien, ma pauvre. Moi je dis celle là ! Elle a un grand front pas beaucoup de poitrine et j'ai vu qu'elle était très colérique avec son frère. Elle a un an de moins que Naruto, elle s'appelle Kaori et c'est une des filles qui lui ont demandé un autographe l'autre jour. J'ai décidé que ce serait elle.

-Pffff...les garçons...Vous nous comprendrez jamais, vitupéra Moegi. Sinon c'est quoi ton plan Konohamaru ?

-Très simple, s’écria-t-il en levant le poing droit serré et fièrement brandi devant lui. Nous entamons la phase deux de « restaurer l'amour », début de l’opération « rendez-vous romantique ».

Quelques jours plus tard, les trois compères se lancèrent dans une vaste opération. Moegi avait pour ordre de donner une lettre à Naruto. Elle avait elle-même écrit le texte :

« Cher Naruto, je ne cesse de penser à toi. Tous les jours mon cœur pleure de ne pouvoir te dire ce que je ressens. Maintenant que la paix nous sourit, pourrais-tu m'accorder un peu de temps que je sache ce que tu éprouves. Retrouvons-nous demain soir près du grand cerisier...

Signée
Celle qui t'aime depuis toujours »

Konohamaru trouvait le texte trop familier et trop mièvre pour plaire à Naruto. Moegi lui avait répondu qu'il ne pouvait écrire une lettre avec une sensibilité féminine, en lui faisant remarqué que si Naruto sentait que s’était une fan de l'hokage il n'irait sûrement pas au rendez-vous.

Elle se rendit la veille directement chez lui pour lui donner l'enveloppe. Naruto lut la lettre avec surprise.

-Moegi, j'ai l'habitude de recevoir un grand nombre de ce genre de lettres depuis que je suis Hokage mais rarement chez moi et par une intermédiaire. Il relut une nouvelle fois la lettre, dis-moi qui te l'a donné...

-Oh j'ai juré de pas le dire, car elle ne veut pas que tu le saches avant demain. Elle a l'air un peu timide, tenta Moegi prise de cour.

-Ah, répondit Naruto le visage songeur mais souriant. Parfait, tu peux lui dire que je viendrai.

Konohamaru se métamorphosa en Shikamaru pour donner quant à lui une lettre à la fameuse Kaori qui fut prise de hurlements hystériques de joie en la lisant. Elle confirma à Konohamaru qu'elle irait sans aucune hésitation à ce rendez-vous romantique.

Le lendemain soir, la fine équipe était sur le pied de guerre, chacun équipé d'une oreillette comme lors d'une mission. Moegi devait suivre Naruto, Konohamaru la jeune Kaori et Udon coordonnait le déroulement des filatures sur un plan.

-Ici Moegi, Naruto vient de quitter son domicile, il est très souriant et ne porte pas son costume d'Hokage, mais sa tenue de maître crapaud. C'est bizarre il ne met pas souvent cette tenue...

-Quel idiot pourquoi il a pas mis sa tenue de Hokage, il aurait eu plus de prestance...La fille vient de sortir de chez elle et prend une ruelle...Elle s'est mise sur son trente et un. Je la prends en filature. Konohamaru terminé.

Il suivit discrètement cette jeune fille qui marchait guillerette en direction du grand cerisier. La nuit venait de tomber sur le village, une jolie lune commençait à s’élever au dessus de la falaise des Hokage. Un cadre idéal pour une romance, se dit Konohamaru en imaginant déjà la scène entre Naruto et la fille.

Il n'en aperçut pas la silhouette en tenue noire qui sauta devant la jeune fille. En l’espace d'une seconde, l'agresseur lança une fiole qui explosa sur la fille, la couvrant d'une espèce de gelée verdâtre et malodorante. Konoharmaru fut alerté par les cris de rage de Kaori qui hurlait qu'elle n'était plus présentable et qu'elle ne pourrait pas aller à son rendez-vous.

-Encore toi ! s’écria Konohamaru en voyant l'agresseur dont il reconnut rapidement la tenue et la silhouette. Combien de fois tu vas te mêler de mes affaires ? Je te laisserai pas filer comme la dernière fois. Multiclonage supra.

-Ici Udon, répond Konohamaru...

-Ici Moegi, Konohamaru-Chan qu'est ce qui t'arrive...

Devant le silence radio de leur ami, Udon et Moegi se rendirent rapidement à la dernière position connu de Konohamaru. Il était étendu sur le toit d'un immeuble, ronchonnant tout seul. Soulagés de le voir en parfaite santé, Moegi et Udon lui demandèrent ce qui s’était passé. Il leur raconta l'agression de la fille par l'inconnu.

-Voila, ensuite j'ai attaqué ce type. Je voulais pas qu'il s'enfuit comme la dernière fois. J'ai donc entouré l'individu avec un grand nombre de clones.

-Et alors, demandèrent-ils tous les deux captivés.

-Cela ne l'a pas effrayé, il a commencé à se défendre malgré le nombre. Je ne voulais pas lui faire de mal, sinon il serait au tapis ! C'est évident. Alors j'ai tenté de lui faire croire que j'allais le frapper avec une orbe tourbillonnante faite par deux clones pour le distraire et pendant le temps où il esquiva l'attaque, je l'ai saisi dans son dos.

-Et...

-Et bien...disons que c'est là que j'ai eu une sacré surprise, dit-il l'air un peu niais en agitant nerveusement les doigts de ses mains. C'est une fille...

-Comment le sais tu ? demandèrent-ils en cœur.

-Bein, en l'a saisissant par derrière, j'ai posé mes mains sur sa poitrine...et sous sa tunique de maille, elle a une jolie poitrine...héhé, dit-il en se frottant bêtement le crâne.

-D'accord mais pourquoi tu l'as pas arrêtée ?

-Ho, j'ai été déconcentré et elle en a profité pour me frapper...sinon elle n'aurait pas réussi évidement. Elle est devenue beaucoup plus violente dès cet instant. J'ai senti une décharge de chakra sortir de son dos et me faire lâcher prise...ensuite je me souviens d'avoir reçu un choc dans le torse alors qu'elle était loin de moi...après je me suis réveillé mais elle était partie.


Portraitiste en Herbe à votre service sur SibyLand-A votre Image
Drielack legend le manga : sur mon blog
                                        sur Amilova
Retrouvez mes news sur Ma Page Face Book
avatar
Siby Ogawa
Chobin
Chobin


http://www.siby-ogawa.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par gosseboffe le Mer 23 Jan - 10:37

Quand il commence il y va!! ^^
avatar
gosseboffe
Donald
Donald


https://www.facebook.com/GBoutikTvTheme

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Siby Ogawa le Sam 26 Jan - 21:51

Il n'a jamais été aussi passionné par un couple de shônen auparavant ^^ alors ça l'inspire.



Chapitre 4 : Erochûnin


Le groupe d'amis se retrouvait une fois de plus dans une impasse. Le plan avait échoué et le mystérieux inconnu avait fui. Assis autour d'une table, ils réfléchissaient en silence sur la prochaine étape de l’opération « restaurer l'amour ». Seul Konohamaru semblait ne plus partager la même optique et se focalisait sur le mystérieux ninja.

-Konohamaru, que voudrais-tu faire maintenant ? Organiser un nouveau rendez-vous romantique pour Naruto Niichan ? demanda Moegi.

-Non, c'est inutile. Je dois trouver qui est ce ninja et l’empêcher de nuire à notre prochain plan. L’opération ne peut pas se poursuivre sans cela.

-Tu dis ça mais moi je pense que tu veux savoir qui c'est parce qu'une fille t'a battu deux fois, répliqua Udon d'un ton un peu moqueur.

-Au lieu de te moquer, aide-moi plutôt à trouver qui cela peut être.

-Hmmm, soupira-t-il en se frottant le menton. Ce que tu as décris de tes deux affrontements me font penser déjà à un clan bien particulier du village.

-Ah bon, lequel ! s'exclama Konohamaru.

-Très simple, ton adversaire semble ne pas être surpris par des attaques dans le dos, il semble aussi surveiller Naruto sans regarder par la fenêtre, c'est typiquement la capacité d'un Byakugan. Et la décharge de chakra provenant du dos et le coup à distance recoupe parfaitement le Byakugan, ton adversaire est un ninja du clan Hyugaa.

-Un Hyugaa...ah, reprit Konohamaru visiblement un peu décontenancé. Pourquoi un Hyugaa nous empêcherait de trouver une copine pour Naruto...Ca ne tient pas.

-Si si, l'interrompit Moeg. Rappelez-vous celle dont je vous ai parlé...

Elle sortit une photo de Hinata et la posa devant elle. Les garçons se penchèrent sur la photo. Konohamaru regardant avec attention jaugeant avec ses mains la taille de la poitrine de la photo et celle de ces souvenirs.

-Oui peut-être que c'est elle...mais je ne pourrais être sûr... Il faisait noir et je ne l'ai touché qu'un instant, gloussa-t-il en rougissant. Il n’empêche que cela explique pas pourquoi elle fait ça.

-Sérieux les garçons vous êtes bouchés. Je vous dit que cette fille est amoureuse de Naruto, c'est un bruit qui court dans le village. Elle est sûrement jalouse des autres filles.

-Parfait dans ce cas, j'ai un plan. Je vais aller l'espionner et voir si elle peut plaire à Naruto.

-Comment tu vas faire Konohamaru ? Allez espionner les Hyugaa, c'est très risqué, ce sont des experts en détection.

-Udon, je suis Sarutobi Konohamaru, le petit fils du Sandaime et je serai le Shichidaime. Pour qui me prends-tu !

-Oui oui, d'accord mais en quoi espionner cette fille va te permettre de savoir si elle peut plaire à Naruto ? s’interrogea Moegi.


-Ca c'est mon affaire, je vais agir seul cette fois, les amis.

Un peu déçus, les deux amis de Konohamaru n’insistèrent pas.

Le lendemain, dans la soirée, Konohamaru se faufila furtivement dans la demeure des Hyugaa. Cagoulé et habillé de noir, pour ne pas être reconnu, il grimpa le long du mur d'enceinte et s'introduit dans le petit jardin zen de la famille Hyugaa. Appliquant toutes les leçons de son maître Ebisu sur l'infiltration, il ne fut pas repérer et grimpa sur le toit de la grande demeure.

Rapidement il se dirigea vers l'endroit qu'il avait choisi pour son observation. S'agrippant avec son chakra à la gouttière du toit, il se maintenait tête à l'envers pour pouvoir voir à travers une petite vitre haut placé de la salle de bain.

-Et voilà, se dit-il, d'ici j'ai un point de vue parfait pour mon plan.

Il passa discrètement sa main sur la vitre du soupirail pour enlever la buée. Il aperçut dans le bain une jeune fille qui devait avoir à peu près son âge. La fille se détendait dans l'eau fumante du bain ses cheveux relativement longs flottant sur l'eau. Il rougit un peu en voyant cette fille à qui il trouvait du charme. Il secoua sa tête pour se concentrer car ce n’était pas elle qu'il était venu voir. Sa patience ne fut pas de très longue durée. Rapidement la jeune femme qu'il était venue espionnée entra dans la salle de bain. Les cheveux noués en chignon une serviette autour du corps elle s'approcha de la baignoire.

-Hanabi, fais-moi une petite place, s'il te plait, dit-elle.

Elle entra dans la baignoire en ouvrant la serviette la laissant tomber à ses pieds. Konohamaru regarda le spectacle bouche bée. La vue de cette jeune femme ne le laissa pas insensible et sa concentration lui fit défaut, le chakra dans ses pieds ne fut plus assez bien malaxé et il chuta sur le sol dans un grand bruit.

-Mince je vais me faire repérer, dit-il en s'enfuyant le plus vite possible de la propriété.

Heureusement pour lui à part un cri « qui est là !?» venant de la salle de bain juste après sa chute, personne ne le suivit. Il retourna voir ses deux camarades pour leur témoigner que son infiltration avait parfaitement fonctionné.

-Ce soir, nous allons savoir si Naruto pourrait être attiré par cette fille dit- il tout fièrement le visage encore tout rouge à ses deux amis.

-Tu comptes faire quoi ?

-Je vais utiliser l'enseignement de Naruto Nichan contre lui ! Avec cette technique nous en aurons le cœur net. Il suffira de voir s'il réagit comme maitre Ebisu.

Perplexe Moegi et Udon haussèrent les épaules sans comprendre. Le soir même, Konohamaru attendait Naruto à la sortie de la bâtisse de l'Hokage. Dès que son mentor et rival sortit, il se précipita vers lui.

-Naruto Nichan !

-Tiens Bonjour Konohamaru ça fait un sacré moment qu'on s'est pas vu. Hé hé ! Pas trop jaloux qu'un simple genin comme moi soit devenu le nouvel Hokage ?

-Non mais je ne suis pas là pour ça ! Je veux te montrer ma nouvelle technique.

-Ah très bien tu as développé une nouvelle technique ! C'est intéressant, vas-y montre la moi, je suis curieux de voir tes progrès.

-Prépare-toi, tu ne vas pas t'en remettre. Sexy-no-Jutsu

Dans une explosion de fumée Konohamaru changea d’apparence.

-Hahaha, le sexy-no-jutsu c'est moi qui te l'ai enseigné...tu n'as pas fait de progrès ! rit Naruto.

La fumée se dissipa et Naruto aperçut Konohamaru métamorphosé en tenue d'eve mais avec l'apparence d'Hinata parfaitement reproduite. Le jeune Hokage écarquilla les yeux et les fronçant immédiatement en s'approchant d'un pas de son jeune rival.

-Alors Naruto Nichan qu'en penses-tu ?

La réponse ne se fit pas attendre, Naruto assena une violente gifle à Konohamaru dont la technique se dissipa instantanément.

-Konohamaru, tu me déçois...le sexy-no-jutsu ne doit pas prendre l'apparence d'une personne réelle ! De plus je te conseille de ne plus faire ça devant moi, surtout en prenant l'apparence d'Hinata. Montre-lui un peu plus de respect, bon sang !! Que cela ne se reproduise plus...

Sur ses paroles, Naruto continua son chemin en ignorant Konohamaru ne lui adressant même pas un regard. Surpris par la violente réaction de son aîné, le jeune Sarutobi retourna prestement voir ses amis.

-Bon c'est grillé pour cette fille, les amis...Naruto est resté impassible, il n'a pas saigné du nez comme maître Ebisu...Rien de rien, pire il m'a giflé et m'a menacé si je recommençais.

-Mais qu'est-ce que tu as fait exactement ?

-Moegi, je lui ai fait le sexy-no-jutsu en prenant l'apparence de cette Hinata...Et il n'a pas réagit comme un homme normal. C'est bien la preuve, non !

-Tu as encore utilisé cette technique de pervers...C'est pas vrai, s’énerva son amie...Et moi je pense au contraire que la réaction de Naruto est totalement l'inverse de ce que tu crois.

-Sérieux Moegi, tu es vraiment à côté de la plaque...c’était le test ultime ça ! Naruto est le disciple de maitre Jiraiya, il n'aurait jamais réagi ainsi si cette fille ne le laissait pas indifférent.


Portraitiste en Herbe à votre service sur SibyLand-A votre Image
Drielack legend le manga : sur mon blog
                                        sur Amilova
Retrouvez mes news sur Ma Page Face Book
avatar
Siby Ogawa
Chobin
Chobin


http://www.siby-ogawa.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Siby Ogawa le Mar 5 Fév - 9:50

Un petit chapitre de plus.

Chapitre 5 : Medal of Honor

Trois jours passèrent, Konohomaru et ses deux amis n'avaient plus d'idée ni de plan. En plus il y avait une échéance des plus sérieuses qui arrivait : le discours du nouvel Hokage en mémoire des morts de la grande guerre. Pensant tous les trois que Naruto serait trop occupé et un peu sombre dans un tel moment pour être réceptif à de nouvelle lettre d'amour, ils décidèrent d’une pause dans l’opération.

Le jour de la cérémonie arriva, et Shikamaru avait fait installer une grande estrade en dessous de la falaise des Kage, ainsi que suffisamment de chaises pour tous les habitants et les villageois. La veille, Naruto était resté enfermé seul dans son bureau toute l’après-midi. Les administratifs qui passaient devant sa porte commençaient à parler entre eux de l'attitude étrange de nouveau Kage, qui parlait dans son bureau en s'adressant à une personne invisible.

Il y avait foule, quasiment tout le village était présent ainsi que des représentants des autres villages cachés. Le petit groupe de Konohamaru s’installèrent à leurs places avec maitre Ebisu, quand un groupe important de personnes passa devant eux.

-Konohamaru, regarde, c'est la fille que tu as espionné l'autre jour...murmura Udon à l'oreille de son amie.

-Chut...oui je sais c'est cette Hinata Hyugaa...qu'est-ce qu'elle est....Konohamaru s’interrompit dans sa phrase quand il vit la fille du bain derrière Hinata le fixer d'un regard sombre malgré sa pupille d'un blanc nacrée.

Impressionné par ce regard agressif, il se tut et regarda dans le ciel l'air absent. Puis dès qu'elle fut passée, il se pencha pour la regarder de dos en détaillant son corps.

-Qu'est-ce que tu as Konohamaru-Chan, lui demanda Moegi.

-Qui c'est cette fille ? Tu as vu comment elle me regarde.

-Konohamaru, enfin, c'est Hanabi Hyugaa, la future héritière de la lignée principale du clan Hyugaa. C'est aussi la petite sœur de Hinata, celle que tu as espionné...Qu'est-ce que tu as pu lui faire pour qu'elle te regarde comme ça ?

-Hé bien, comment dire, dit-il en riant bêtement les yeux regardant vers le haut en se souvenant. Disons que je l'ai un peu vu avec sa sœur dans leur bain. A part ça je vois pas...

-Konohamaru-Chan tu es vraiment qu'un pervers ! s’écria-t-elle.

-Chut les enfant, c'est une cérémonie de mémoire, pas de chahut.

-Pardonnez-nous maitre ! dirent-ils en chœur avant de se taire.

Naruto monta sur l'estrade dans sa tenue d'Hokage et s'approcha de son pupitre. Et demanda à l'assistance de s'assoir.

-Hey Konohamaru, elle est comment cette Hanabi, demanda très doucement Udon.

-Elle est vachement mignonne, de longs cheveux noirs un peu plus court que sa sœur, une jolie poitrine pour son âge...Enfin plus jolie que celle de Moegi. J'ai pu voir que ça...elle était déjà dans le bain elle...

-Je t'ai entendu Konohamaru ! ronfla Moegi.

Puis ils finirent par ce taire quand Naruto commença son long discours.

-Mes amis, nous voilà réunis en ce jour pour célébrer tous les morts de cette dernière guerre que nous pleurons chaque jour....

Shikamaru qui était assis au premier rang aux côtés de Temari baillait largement l'air un peu désabusé. Son attitude lui valut un coup de coude dans les côtes de sa voisine.

-Tu sais donc pas te tenir !

-Hey j'ai pas fermé l’œil de la nuit pour régler tous les détails...Ca va, lâche moi un peu, si tu as eu une chambre d’hôtel correcte c'est pas grâce à la rigueur administrative de monsieur Naruto.

-J'aurais peut-être préféré autre chose...

-Pourquoi ? Tu voulais dormir dans la rue ? Le protocole, cela se respecte, répondit-il en finissant par un long bâillement.

-Je pensais que tu avais passé ta nuit à écrire le discours de Naruto...

-Ah non pour ça, j 'ai pas besoin, il est bien meilleur que moi pour parler aux gens. Moi je sais pas motiver, ou émouvoir les gens.

-Je te le fais pas dire, surtout quand il s'agit des femmes, tu préfères A-ban-donner...

-Ça va, la barbe tes sarcasmes, on en a déjà discuté ! Nos villages avant tout, on était d'accord.

Naruto continuait son discours avec lenteur et conviction.

-Je vous remercie tous pour les sacrifices que vous avez fait. Une de mes pensées allant tout particulièrement au clan Hyugaa. Sans le sacrifice de Neji, vous et moi ne serions pas là aujourd'hui. Mais aussi d'autres membres du clan qui m'ont au cours de leur vie sauvé ou encouragé, me montrant le bon chemin quand j’étais à un carrefour où le doute m'indiquait le mauvais chemin. Pour ces héros de l'ombre qui préfèrent la discrétion aux honneurs, un grand merci.

Le discours fini, Shikamaru rejoignit Naruto sur l'estrade et une rangée importante de ninjas fut alignée derrière eux. L'hokage et son assistant se mirent à décerner à chaque ninja présent une médaille honorifique. Chaque médaille accrochée sur la poitrine d'un ninja engendrait des tonnerres d'applaudissements. Konohamaru et Udon pendant ce temps, tentaient d'approcher de l'estrade pour voir un peu mieux, les gens s’étant lever pour s'approcher. Ils avaient perdu de vue Moegi.

Finalement ils trouvèrent une petite place leur permettant de voir la remise des médailles.

-Konohamaru, regarde Moegi est là-bas s'exclama Udon en montrant du doigt leur camarade en pleine conversation avec Hanabi.

-Qu'est-ce qu'elle fait avec cette fille...s’inquiéta Konohamaru.

Naruto posa une médaille sur la poitrine de Tenten, suivie de Lee. Puis il passa à la personne suivante et s’arrêta net en apercevant Hinata. Il prit la médaille que lui tendait Shikamaru et s'approcha de la jeune fille qui souriait un peu crispée. Ses mains se mirent à trembler en approchant la médaille de la poitrine de Hinata, le geste hésitant, il semblait ne plus savoir quoi faire.

-Naruto-Kun, qu'est-ce qui ne va pas ? demanda-t-elle très doucement.

-Rien, rien, répondit-il en secouant la tête de droite à gauche comme pour chasser quelques chose de son esprit. Maudit sois tu Konohamaru ! marmonna-t-il en détournant le regard d'Hinata.

-Naruto, dépêche-toi, il reste d'autres médaillés...lui rappela Shikamaru à l'oreille.

-Oui oui voilà. Il regarda de nouveau Hinata et son visage s'empourpra.

Les mains de plus en plus tremblantes, il ne pouvait la regarder en face ou imaginer l'idée de la toucher.

-Penser à autre chose, autre chose...un truc horrible vite...la nourriture de grand-mère crapaud...oui voilà. Ah non, ça marche pas ! Konohamaru je vais te tuer !...Shikamaru, vas-y je peux pas le faire, s'agaça-t-il en tendant la médaille au jeune Nara. Hinata excuse-moi, bafouilla-t-il en détournant le regard.

Hinata baissa la tête visiblement très déprimée par l'attitude de Naruto qui continua de donner des médailles aux autres sans le moindre problème. Lee qui était aux côtés d'Hinata voyant qu'une grosse larme coulait sur sa joue, lui murmura :

-Ne t’inquiète pas ce doit être le trac...


Portraitiste en Herbe à votre service sur SibyLand-A votre Image
Drielack legend le manga : sur mon blog
                                        sur Amilova
Retrouvez mes news sur Ma Page Face Book
avatar
Siby Ogawa
Chobin
Chobin


http://www.siby-ogawa.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Siby Ogawa le Sam 9 Fév - 10:04

une petite suite ?


Chapitre 6 : Paparazimaru


La cérémonie fini, plusieurs petits groupes se formèrent pour parler. Naruto fortement sollicité par des chefs de clan ou de jeunes fans, prenait le temps de répondre à tout le monde. Dès qu'il eut un moment de tranquillité, il s'approcha d'un petit groupe composé de ses anciens camarades de l’académie.

-Les amis, vous n'auriez pas vu Hinata par hasard ? Il faut absolument que je lui parle.

-Hinata, non elle n'est plus ici, elle est partie en larme à la fin de la cérémonie...lui expliqua
Lee.

-Pas étonnant Naruto, tu t'es comporté comme un vrai minable ! lui lança Ino.

-Ino, un peu de respect pour l'Hokage, soupira Shikamaru en levant les yeux au ciel sans conviction.

-C'est rien, tu as raison Ino...répondit le blondinet en soufflant de dépit.

Pendant ce temps, Konohamaru et Udon rejoignit Moegi qui était toujours en conversation dans un
coin avec Hanabi. Restant tous les deux un peu en retrait, il appela Moegi.


-Moegi tu peux venir, s'il te plait, dit il, évitant de regarder Hanabi.


Les deux jeunes filles rejoignirent les garçons. Udon essaya de sourire et de prendre une pose le mettant en valeur pour saluer Hanabi. Mais cette dernière n'avait pas la moindre attention pour lui, préférant maintenir un regard hautain et méprisant sur Konohamaru.

-Les garçons, je vous présente Hanabi Hyuuga. Je crois qu'elle pourrait nous aider.

-Écoute Moegi, on a pas besoin d'elle sérieux...

-Ah bon et pourquoi tu n'aurais pas besoin de mon aide, espèce de pervers ? lança-t-elle à Konohamaru.


-En quoi tu pourrais nous aider...franchement une fille de plus je vois pas l’intérêt.

-Konohamaru arrête, elle a l'air sympa, murmura timidement Udon.

-Je lui ai expliqué ce que nous essayons de faire...Elle est d'accord avec moi, au sujet de Naruto Nii-chan et de sa sœur
Hinata.

-Moegi, je t'assure que tu fais fausse route, mon test de l'autre jour et ce qui vient de se passer prouve que j'ai raison. Naruto n'a aucun attrait pour cette fille...

-Je te prierais d'appeler ma sœur par son titre et son nom. C'est Hinata-Sama pour toi, c'est clair espèce de pervers ?

-Non mais tu te prends pour qui ! Tu sais pas qui je suis ! s'emporta Konohamaru.

-Si si je sais, tu n'es qu'un sale petit pervers qui vient espionner ma sœur dans son bain, lui répondit calmement Hanabi. Je suis sûre qu'un garçon comme toi ne rêve que te toucher les seins d'une fille et de les mater dans les bains...

-LA FERME, sale peste ! Je suis pas un pervers, je suis Konohamaru Sarutobi petit fils du sandaime. Je serai le futur Hokage après Naruto Niichan. J'ai pas de leçon à recevoir d'une gamine comme
toi.

-Pardon, mais la gamine va te coller une trempe devant tous tes copains ! répliqua Hanabi avec froideur. Moegi vient de m'expliquer ce que tu as fais, l'autre jour...C'est ta faute si aujourd'hui ma sœur a été humilié par Naruto devant tout le monde. Tu n'es même pas assez intelligent pour le
comprendre...

-Mais c'est du grand n'importe quoi ! Ta sœur ne représente rien pour Naruto...Si s’était le cas, il n'aurait pas hésité à lui mettre la médaille...Puisque toi et Moegi, tenez tant à essayer de faire sortir
Naruto Nii-chan avec ta sœur...

-C'est Hinata-Sama pour toi ! rectifia une fois de plus Hanabi.

-Alors, ce sera les garçons contre les filles. Viens Udon...Laissons-les.

-Euh Konohamaru, je préfère rester avec elles...

-Sale traître, puisque c'est ainsi je vais prouver que cette Hinata...

-Sama ! ajouta Hanabi.

-N'est pas faite pour Naruto et je me laisserai pas battre par une gamine comme toi ! lança-t-il en pointant Hanabi du doigt.

Vexé, il partit à très vive allure chez lui où il récupéra du matériel pour espionner les agissements de cette Hinata. Rapidement prêt, il se jeta à corps perdu dans Konoha, interrogeant les gens pour tenter de retrouver la sœur de Hanabi.

-Ils vont voir si j'ai pas raison ! Je vais te lui rabattre son caquet à cette Hanabi moi, se disait-il en courant d'habitant en habitant pour trouver la trace de Hinata.

Il ne lui fallut pas trop de temps pour arriver à entendre assez de témoignages concordant pour
trouver où se trouvait la jeune fille. Suivant ses enseignements de ninja, il s'approcha par les toits et le plus discrètement possible. Il se plaça en face de la position d'Hinata et l'observa avec des jumelles.

Elle était en larme aux côtés d'un garçon brun qui la tenait par l’épaule. Konohamaru observa la scène un moment, notant que le jeune homme semblait très proche d'elle, un gros chien blanc assis près d'Hinata frottait sa tête contre sa cuisse.


-Dommage que je n'entende pas ce qu'ils se disent...en tout cas je vais pas me gêner pour prendre une photo, c'est la preuve qu'il me manquait.


Récupérant dans son sac un appareil, il attendit le moment le plus adéquate pour faire une photo ne laissant aucune place au doute.

-Avec ça les filles n'auront plus qu'à se taire.

Voyant le garçon enlacé Hinata dans ses bras, Konohamaru n'eut pas une seconde d’hésitation et mitrailla la scène de plusieurs clichés. Heureux de lui, il repartit rapidement, et rejoignit Moegi et Udon dans leur petit quartier général. Quand il entra et vit Moegi et Udon en pleine conversation, il prit un air fier et arrogant.


-Alors bandes de traître, qui c'est qui avait raison ! s'exclama-t-il en lançant sur la table une des photos. LA preuve que cette fille n'est pas la copine idéale pour Naruto Niichan, elle est avec un autre garçon.


-Konohamaru, je ne pense pas que...

-Arrête un peu, je suis sûr de moi cette fois et il est temps que Naruto Nii-chan le soit aussi. Moegi, ni
toi ni cette peste de Hyugaa me ferez changer d'avis.

-Konohamaru, qu'est-ce que tu comptes faire ?

-C'est simple, je vais aller de ce pas montrer les photos à Naruto !

Moegi eut beau essayer de le retenir, Konohamaru était déjà parti en direction de l'appartement du jeune Rokudaime. Mais lorsqu’il arriva sur place, il n'y avait pas de Naruto. Qu'importait à Konohamaru, il partit à sa recherche dans tout Konoha, bien décidé de damer le pion aux filles. Sans succès dans sa recherche, il décida de repartir vers l'appartement et d'attendre là-bas. S'installant à son point d'observation habituel, il attendit.

La nuit tomba sur le village et Naruto n’était toujours pas là. Baillant et soupirant d'ennui, Konohamaru s’allongea un instant sur le dos pour regarder les nuages passer devant la lune.

Un kunai vint se planter à quelques centimètres de son visage. Il se releva affolé en cherchant d’où provenait l'arme de jet. Il repéra rapidement une silhouette sombre se découpant devant la lumière de la lune sur un réservoir d'eau.

-Encore toi, mais qu'est-ce que tu me veux ! hurla-t-il en direction de ce mystérieux ninja.

-Je veux que tu laisses Naruto Uzumaki et Hinata Hyuuga tranquille, ne te mêle pas de leurs affaires ou je serai obligée d'employer la force.

-Cette fois je vais pas me laisser faire ! Tu vas voir de quoi je suis capable ! Voici un justu de mon grand-père le Sandaime, on va voir si tu es capable d'y résister. Shukiken Kage Bushin no justu ! Lançant un shuriken sur son adversaire ce dernier se multiplia en une multitude.


Apparemment le ninja mystérieux ne s'attendait pas à une telle attaque. Konohamaru était quasiment sûr de son coup. Son adversaire ne pouvait plus esquiver surpris par l'attaque, il allait prendre les shukiken de plein fouet.


C'est là qu'une chose à laquelle le jeune ninja ne s'attendait pas se produisit. Son adversaire émit du chakra autour de son corps et se mit à tournoyer sur lui- même en déviant tous les projectiles.

-Hakkesho Kaiten...


Dernière édition par Siby Ogawa le Mer 24 Avr - 9:03, édité 1 fois


Portraitiste en Herbe à votre service sur SibyLand-A votre Image
Drielack legend le manga : sur mon blog
                                        sur Amilova
Retrouvez mes news sur Ma Page Face Book
avatar
Siby Ogawa
Chobin
Chobin


http://www.siby-ogawa.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Siby Ogawa le Lun 18 Fév - 18:14


Chapitre 7 : l'affrontement


Konohamaru n'en croyait pas ses yeux...Tous ses shurikens de l'ombre
venaient d’être déviés par le tourbillon de chakra de son adversaire. Le jutsu
de son grand-père avait été totalement inefficace et ce malgré la surprise
évidente qu'il avait provoqué chez ce mystérieux ninja.

-Tu n'es pas de
taille n'insiste pas ! lança l'inconnu en se mettant en garde.

-C'est
encore un peu tôt pour déclarer victoire ! Que veux-tu, pourquoi es-tu toujours
dans mes pattes ?

-Parce que tu te mêles de choses qui te dépassent et
que tes idioties risquent de rendre une personne que j'aime malheureuse.


-Laisse-moi tranquille ou je serai obligé de réellement te combattre. Tu
n'as pas à te mêler de la vie de Naruto Niichan, alors va-t-en.

-Parce
que toi, tu as le droit de le faire peut-être ? Et ce, même si tu es trop
stupide pour comprendre que tu vas le rendre encore plus malheureux...


-Inutile de discuter plus longtemps avec toi...Kage bushin no jutsu.


Une multitude de clones apparurent autour de l'inconnu, de nombreux
binômes se mirent à effectuer des Rasengan. Puis sans attendre plus longtemps,
ils attaquèrent en groupe chargeant l'orbe bleutée en avant. Loin de paniqué,
l'inconnu en esquiva un grand nombre et frappa les autres avec les paumes
ouvertes, dissipant rapidement la plupart des clones de Konohamaru. Aucun d'eux
n'arriva à le toucher, l'adversaire possédait une maitrise bien supérieure que
lui en corps à corps. Plus le temps passait et plus les clones s’évaporaient
sous les coups précis de l'inconnu.

Konohamaru qui regardait ses clones
se faire rosser les uns après les autres décida d'utiliser une autre
technique...

-Si tu dévies les projectiles et que tu es plus fort qu'une
multitude de clones au corps à corps, alors voyons ce que tu peux faire contre
une nuée...héhé. Katon nuée ardente !

Prenant son souffle, il lança
l’épais nuage gris sur son adversaire et ses clones. L'inconnu surpris recula
pour en sortir mais le jeune ninja ne lui laissa pas le temps de quitter la
fumée.

-Brûle ! s'exclama-t-il en fermant les dents sur le jet de cendre
et l'enflammant.

Son assaillant et ses clones furent pris dans
l'embrasement de la nuée. Immédiatement toutes les répliques de Konohamaru
partirent en fumée. Quant au mystérieux ninja, il poussa un cri aiguë et fut
projeté en dehors des flammes. Rapidement remis de sa surprise, l'inconnu
arracha sa veste et sa cagoule sombre qui brulaient rapidement.

-Espèce
de malade...tu vas me le payer, cria l'inconnu.

-Toi !?

Surpris
par la découverte du visage de son agresseur, Konohamaru resta figé. Il n'en
fallut pas plus pour que l'inconnu le charge au corps au corps et enchaîne des
coups rapides avec la pointe de ses doigts.

-deux coups, quatre coups,
huit coups....soixante quatre coups...
L’enchainement terminé, Konohamaru
fut projeté au sol, son adversaire lui sautant dessus pour l'immobiliser. Assise
sur son bassin, une main plaquant sa gorge sur le sol et le menaçant de l'autre,
la jeune fille révélait son visage dans la lumière de la lune.

-Toi,
répéta Konohamaru le souffle court...

-Oui, moi ! Tu m'as obligée à
employer les grand moyens, mais tu n'y es pas allé de main morte toi non
plus...J’espère que cela te servira de leçon, je suis pas aussi gentille que ton
amie Moegi.

-Ha...Na..Bi...Qu'est-ce que tu m'as fait ? J'arrive plus à
malaxer mon chakra...sale peste !

Malgré sa posture désavantageuse,
Konohamaru faisait encore preuve d'arrogance et de fierté, mais une gifle
d'Hanabi le coupa rapidement dans son élan.

-Crétin, je viens de bloquer
tes kentetsu, tu ne peux plus utiliser pendant un moment ton chakra...et dans ta
position si j’étais toi, je ne jouerais pas au fanfaron. Avec tout ce que tu
m'as fait, je suis déjà bien gentille de ne pas te cogner plus fort.


-Moi je t'ai rien fait. C'est toi qui est toujours sur mon
chemin...marmonna-t-il, humilié.

-Ah oui, le premier soir que tu m'as vu
tu m'as jeté un Kunai...sans mon Byakugan j'aurai été blessé...ensuite tu m'as
tripoté les seins la deuxième fois...

-J'ai pas fait exprès, je savais
même pas que tu étais une fille...

-Ah oui et quand tu es venu me mater
dans ma salle de bain, sale petit pervers hein...

-Mais c'est ta sœur
que j’étais venue voir...pas toi...sérieux lâche-moi.

-Que ce soit ma
sœur ou moi c'est pareil. Tu vas nous laisser tranquilles et arrêter d’embêter
Naruto-San et ma sœur, laisse-les...Ils sont suffisamment maladroits tous les
deux, pas la peine de leur compliquer la tâche.

-Mais Naruto Niichan ne
ressent rien pour ta sœur, aucune attirance...Et ta sœur est avec le type de la
photo. Alors lâche-moi la grappe.

-Pffff...Moegi avait raison, tu n'es
pas très malin...sourit Hanabi en lâchant un peu sa prise et redressant son
buste pour dégager ses cheveux qui tombaient devant ses yeux.

Konohamaru
put alors contempler la jeune fille et apercevoir la silhouette harmonieuse de
la poitrine d'Hanabi moulée dans sa protection de maille. Cette vision, lui
remémora celle du bain et il ne put empêcher son visage d'afficher un sourire
niais. Le charme de son assaillante et la situation ne le laissèrent pas
longtemps de marbre.

Elle remarqua rapidement son visage niais et la
protubérance naissante sous elle. Sa réaction fut immédiate, elle sauta sur le
côté.

-Tu n'es vraiment qu'un sale petit pervers...cria-t-elle en
brandissant son poing pour le frapper.

-Arrête, excuse-moi j'ai pas fait
exprès...gémit-il en se protégeant le visage.

Hanabi arrêta son geste et
soupira.
-Quel empoté, franchement...Alors tu vas laisser Naruto-San et ma
sœur tranquille maintenant ?

-Pourquoi ? Qu'est-ce qui me prouve que tu
as raison ? Tu as vu la photo, ta sœur est dans les bras d'un autre
garçon...Comment tu peux expliquer ça ?

-C'est Kiba Inuzuka, un de ses
coéquipiers et ils ne sont pas ensemble. Il l'a réconforté parce que Naruto-San
l'a blessée à la remise des médailles. Mais je t'assure que ma sœur est
totalement et irrémédiablement amoureuse de Naruto-San.

-Bon d'accord,
je veux bien accepter pour ta sœur. Mais pour Naruto Niichan, c'est moi qui le
connait mieux. Et mon test a été concluant, il n'est pas attiré par ta sœur
sinon mon sexy-no-jutsu l'aurait pas mis dans cet état...

-Tu comprends
rien, c'est parce qu'il tient à ma sœur qu'il a réagi ainsi...Naruto n'a plus
treize ans comme toi...Tu n'as fait que le mettre mal-à l'aise, je parie.


-Mouais je suis pas convaincu...Il me faudra autre chose que ça.


-Quel tête de mule...bon d'accord, si je te montre un petit truc qui te
prouve que Naruto-San tient un peu à ma sœur, tu arrêteras ?

-D'accord
si c'est le cas, je t'aiderais même, si tu veux...mais je ne suis pas inquiet,
lança-t-il l'air bravache.

-Tu as tes jumelles ?

-Bien sûr...


-Parfait, regarde par la fenêtre de son appartement !

-Oui et
après ? Qu'est-ce que tu veux que je vois, il vient de rentrer et mange tout
seul, rien de surprenant.

-Regarde sur sa table de chevet...à côté de sa
lampe...

-Bein quoi la photo de son ancienne équipe, je ne vois rien
qu'y ait un lien avec ta sœur. Tu me fais perdre mon temps...

-Juste
devant la photo, regarde, ce que tu vois c'est le seul présent que ma sœur lui a
fait...il y a le symbole de notre clan...Franchement tu penses qu'il garderait
ce cadeau sur son chevet alors que cela fait plus de quatre ans qu'elle lui a
offert ça...

-Quoi ce petit truc...c'est n'importe quoi ça veut rien
dire...

-Alors si tu penses que c'est un truc insignifiant, pourquoi
d’après toi il le garde sur son chevet ? Un simple petit cadeau si vieux n'a pas
de raison d’être devant cette photo si ce n'est pas pour une valeur
sentimentale...

-Peut-être oui...maugréa-t-il.


Portraitiste en Herbe à votre service sur SibyLand-A votre Image
Drielack legend le manga : sur mon blog
                                        sur Amilova
Retrouvez mes news sur Ma Page Face Book
avatar
Siby Ogawa
Chobin
Chobin


http://www.siby-ogawa.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Siby Ogawa le Mer 20 Mar - 21:55

Yop, un nouveau petit chapitre Je traine un peu c'est sûr.

Chapitre 8 : Gentil mais maladroit



Le lendemain, Konohamaru se rendit comme prévu à la demeure des Hyugaa. Hanabi lui avait sommé de venir la voir pour qu'ils mettent ensemble une stratégie en place. Ses sentiments
balançaient entre la colère envers cette fille qui l'avait humilié lors de leur combat et une intuition qu'elle voyait plus juste que lui sur les sentiments de Naruto et de sa sœur. Même s'il refusait aussi de se l'avouer, le charme de cette jeune fille ne lui était pas totalement indifférent.

Il frappa à l'important portail en bois massif de la grande demeure. Il croisa les bras, trouvant qu'on le faisait attendre bien longtemps alors qu'elle lui avait donné un rendez-vous précis. Il se préparait à lui sortir une tirade bien acerbe pour lui montrer que lui, le descendant des Sarutobi, n’était pas un pantin qu'elle pouvait utiliser. Lorsque la porte commença à s'ouvrir, il s’apprêta à se plaindre mais s’arrêta net quand il aperçut le visage calme et mélancolique d'Hinata.

-Tu dois être Konohamaru-Kun, lui demanda-t-elle avec douceur.


-Euh...oui mademoiselle, dit-il totalement désappointé sentant sa colère tombée d'un coup.

-Entre, je t'en prie. Ma sœur m'a demandé de venir te chercher, elle est occupée avec notre père à son entrainement matinal. Elle devrait terminer sous peu, en attendant si tu veux bien me suivre.

-Oui, oui, bien sûr, répondit-il en se grattant bêtement la joue droite suivi d'un rire un peu gêné.

Hinata le regarda avec un sourire mutin et attendri.
Puis le guida dans la grande demeure jusqu'à la chambre de sa sœur. Elle
l'installa devant un grand panneau qu'elle coulissa pour ouvrir la chambre sur
le jardin.

-Attend-la ici, il fait beau en ce début d'automne, il faut
profiter du soleil. Je vais vous faire amener du thé et des biscuits.


-Merci Mademoiselle...

Hanabi fit coulisser le panneau d'entrée
de sa chambre et vint s'assoir à côté de lui.

-Salut, lança-t-elle très
directe. Merci de l'avoir accueilli grande sœur.

-Ça n'est rien Hanabi.
Il a l'air d’être un gentil garçon, vous allez bien ensemble.

-Hé
hé...s'exclama Konohamaru en souriant fièrement.

-Grande Sœur, va pas
croire que ce...type et moi...N'importe quoi.

-Hey ta sœur est
perspicace, répliqua-t-il l'air taquin.

-La ferme sale pervers, tu veux
que j'explique ce que tu as fait la dernière fois que tu es venu chez nous à ma
sœur !

La menace de Hanabi fit mouche et Konohamaru voyant l'air
déterminé de la jeune fille se crispa et n'ajouta plus un mot.

-Hanabi
soit un peu plus gentille avec ton ami, il n'a pas l'air méchant. Peut être un
peu vantard et maladroit...mais je suis sûre qu'il a très bon cœur. Il me fait
penser à quelqu'un...alors s'il te plait soit indulgente avec lui...
Hanabi
regarda sa sœur très surprise, alors que cette dernière regardait Konohamaru
avec tendresse. Konohamaru fut lui aussi très surpris du regard d'Hinata et des
paroles douces et gentilles qu'il venait d'entendre.

-Merci
Hinata-San...dit-il

-Hinata-Sama...le reprit sèchement Hanabi.


-Oui pardon Hinata-Sama, mais votre sœur a raison, nous sommes juste des
amis...rien de plus.

-D'accord, Konohamaru-Kun, je vous laisse et je
demande qu'on vous apporte du thé et des biscuits.

Sur ces paroles
Hinata se retira, les laissant. Hanabi se pencha pour bien vérifier qu'elle
était loin d'eux avant de se retourner vers Konohamaru.

-Toi si tu
laisses encore planer le doute sur nos relations, tu vas avoir de mes nouvelles,
c'est clair !

-T'affole pas, moi non plus je veux pas que ce genre de
rumeur circule...

-On aurait pas dit, soupira rageusement Hanabi.


-Bon alors tu m'as fait venir pour quoi ?

-Tu vas m'aider à
faire en sorte que ma sœur cesse d’être triste et déprimée en m'aidant à la
faire sortir avec Naruto-San.

-Sérieusement, je comprends pas pourquoi
on a besoin de ça...si ta sœur est amoureuse de lui et qu'il a des sentiments
pour elle, alors ce serait plus simple qu'elle aille directement le voir, non ?


-C'est plus compliqué que ça. Ma sœur est très timide et en plus elle a
une raison pour ne pas aller vers Naruto-San, elle attend qu'il vienne vers
elle. Je peux pas t'expliquer tu comprendrais même pas...

-C'est ça,
traite-moi d'idiot tant que tu y es...Et alors qu'est-ce que l'on peut faire
pour arranger ça ?

-Je sais pas encore. Si je t'ai fait venir, c'est
parce que toi tu connais mieux Naruto-San que moi...Essaie de trouver une idée.


Konohamaru fronça les sourcils en croisant les bras, puis il se mit à
réfléchir. Hanabi attendit longuement dans le silence de la demeure juste
entrecoupé par le bruit d'un bambou tapant à intervalle régulier sur une pierre.


-J'ai peut-être une idée...dit-il. Bientôt ce sera l'anniversaire de
Naruto-Niisan, ce serait sûrement une bonne occasion pour organiser un truc où
ta sœur serait présente.

-Ah c'est pas bête ça...mais je ne sais pas
comment on peut faire pour organiser tout ça.

-C'est bon laisse moi
m'occuper de ça, tu seras pas déçue ! déclara vigoureusement Konohamaru en se
levant. Tu vas voir je vais te surprendre.

-Je sais pas trop...tu m'as
l'air plutôt maladroit comme l'a dit ma sœur !

-Tu verras, je sais qui
je dois aller voir pour s'occuper de tout ça. Fais-moi confiance.


Quelques jours plus tard, Konohamaru demanda une entrevue avec
Shikamaru. Il alla le voir dans son bureau.

-Konohamaru, qu'est-ce qui
t’amène ici ? Tu as des problèmes ?

-Shikamaru-San, je viens vous voir a
propos de Naruto-Niichan.

-A propos de Naruto ? Qu'est-ce qui se passe ?


-Voila, je crois que Naruto-Niichan n'est pas au mieux de sa forme en ce
moment. Il me semble qu'il déprime un peu même. Alors j'avais pensé que vous
auriez pu organiser un repas de fête pour son anniversaire...avec tous ses
anciens camarades.

-Déprimé tu dis ? C'est vrai qu'il est moins enjoué
qu'avant, mais j'avais mis cela sur le compte de la guerre et des pertes...ainsi
que des responsabilités qui pèsent sur lui maintenant.

-Je crois que
c'est plus grave que ça et qu'il a besoin de sentir ses amis autour de lui...


-Bon d'accord Konohamaru, je vais organiser ça...un repas, je sais qui
je vais aller voir pour s'occuper de ça.


Dernière édition par Siby Ogawa le Lun 8 Avr - 23:02, édité 1 fois


Portraitiste en Herbe à votre service sur SibyLand-A votre Image
Drielack legend le manga : sur mon blog
                                        sur Amilova
Retrouvez mes news sur Ma Page Face Book
avatar
Siby Ogawa
Chobin
Chobin


http://www.siby-ogawa.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Siby Ogawa le Lun 8 Avr - 22:59

Allez, je mets plusieurs chapitres d'affilés, parce qu'en fait, la première partie de cette fic est déjà finie et que Drielack est passé à la seconde. Il est trop productif en ce moment que j'arrive pas à suivre :


Chapitre 9 : Happy Birthday to you, mister Hokage


Hanabi courait dans les couloirs de la demeure ancestrale à la recherche de sa grande sœur. Elle la trouva dans le jardin Zen, en train d’exécuter une composition florale d'ikebana. Elle se précipita vers elle pour lui parler. Un peu essoufflée, elle resta un instant à retrouver son souffle, devant Hinata qui la regardait perplexe.

-Grande Sœur, j'ai une bonne nouvelle pour toi.


-Hanabi calme-toi, tu es toute essoufflée.. Qu'est-ce qui t'arrive ?


-Grande Sœur, Konohamaru vient de me prévenir que Shikamaru Nara, l'assistant de Naruto-San, va organiser une fête d'anniversaire surprise pour l'Hokage. C'est super non ?

-Oui sûrement, peut-être...Mais pourquoi es-tu aussi contente de savoir que Naruto-Kun va fêter son anniversaire ?


-Moi je m'en fiche, mais tu es invitée à y participer...ainsi que tous les anciens genins de la promotion de Naruto-San...

-Je suis invitée...Ah je...Je ne pensais pas que je serais conviée après ce qui s'est passé lors de la remise des médailles...De toute façon à quoi bon y aller...murmura Hinata mélancoliquement.

-Grande sœur, arrête, c'est l'occasion rêvée pour lui dire ce que tu ressens pour lui...

-Hanabi, tu es gentille. Mais ne te mêle pas de cela, s'il-te-plait...Je ne vais pas aller dire à Naruto-kun ce que je ressens pour lui...

-Non, je m'en occuperai. Je ne veux plus te voir avec ton visage mélancolique. Franchement je ne comprendrai jamais pourquoi tu ne veux pas le lui dire...

-Hanabi, c'est un peu compliqué...je rêve d’être avec Naruto-kun...mais je ne vais pas lui dire mes sentiments, je l'ai déjà fait. Il n'a jamais répondu d'une quelconque façon à ma déclaration. En plus maintenant qu'il est Hokage, si je vais encore lui dire ce que je ressens, je passerai pour une de ces filles qui lui courent après parce qu'il est le chef du village...

-Tu m’énerves grande sœur, tu es si compliquée...comment veux-tu qu'il réponde à ta déclaration si tu ne le vois jamais. Va donc à cet anniversaire, et tu verras bien ce qui se passera.


-Tu as sans doute raison, j'irais mais je ne me fais plus d'illusion, soupira Hinata en ajoutant une fleur à son bouquet.

Durant les semaines précédant la fête d'anniversaire, Hanabi surveilla étroitement sa sœur. Elle fut rassurée quand elle s'aperçut que cette dernière préparait un cadeau pour Naruto. Hinata passait une grande partie de son temps libre à confectionner elle-même une écharpe blanche sur laquelle était brodée « Uzumaki Naruto, RokuDaime Hokage ». L'application avec laquelle Hinata travaillait l’écharpe rassurait Hanabi sur les motivations de sa grande sœur.

Le jour arriva et Shikamaru avec l'aide de Choji avait tout organisé pour surprendre Naruto. La soirée tombait sur le village, quand il frappa à la porte du bureau de Naruto.


-Naruto, tu es encore là ?

-Mais c'est pas possible, ils comprennent rien ces imbéciles...nous allons refaire les mêmes erreurs ! hurlait Naruto derrière la porte.

Surpris par le ton colérique de son ami, Shikamaru entra sans attendre dans le bureau. Il vit Naruto jeter un rouleau sur le côté de son rouleau et se frotter nerveusement ses mèches blondes, le visage
sombre.

-Tu as un soucis, on dirait ?

-Oui, répondit-il sèchement, j'ai un très gros soucis.

-Laisse tomber pour ce soir, tu as l'air trop énervé pour réfléchir. Tu t'en occuperas à tête reposée plus tard. Si tu veux pour te changer les idées, je t'invite au Tori.

-C'est toi qui invite, répondit Naruto surpris.

-Ouaip, je t'invite...profites-en, c'est pas souvent, sourit Shikamaru voyant Naruto se détendre un peu.

En marchant en direction du restaurant de viande grillée, Shikamaru observait attentivement son ami afin de voir si ce dernier se doutait de quelque chose. Son esprit vif conclut rapidement que loin de prévoir la surprise qui l'attendait, Naruto avait apparemment des soucis bien plus importants en tête.


-Naruto, ça va aller. Je t'ai pas vu dans un tel état depuis la disparition de Jiraiya-Sama.

-C'est juste les autres Kages, ils me posent un problème...il faut que je t'en parle...

-Pas ce soir, répliqua Shikamaru en ouvrant la porte du restaurant déclenchant des cris de joie, des
explosions de cotillons.

Naruto restait surpris devant les « joyeux anniversaire » qui fusaient et les serpentins et autres confettis qui lui tombaient sur le visage. Un instant perplexe, son expression maussade disparut
pour laisser place rapidement à son grand sourire habituel.

Rapidement la soirée battit son plein et les jeunes gens s’amusèrent dans le restaurant réservé pour l'occasion. Hinata comme à son habitude n'osait pas trop s'approcher de Naruto, restant avec Tenten et Ino. Après deux bonnes heures à rire, boire et manger, le moment de la remise des cadeaux arrivaient. Les convives s’approchèrent de Naruto pour lui donner chacun à leur tour un présent.


-Tu as l'air songeur et nerveux, demanda Ino à Shikamaru. Qu'est-ce qui t'arrive ? La soirée se passe pourtant bien.

-Oui je sais, c'est juste que ma surprise risque d’être ratée...ils sont en retard.

-Ta surprise, en retard, mais de quoi parles-tu ?

-Passe devant moi pour lui donner ton cadeau, cela me fera gagner du temps.

Les cadeaux étaient divers et variés, une tunique d'entrainement dédicacé par Maitre Gai de la part de Rock Lee, une estampe de Saï. Hinata se sentait nerveuse en attendant son tour, elle espérait que son cadeau ferait plaisir à Naruto et qu'il ne le trouverait pas trop insignifiant. Elle s'approcha lentement de lui pour lui remettre l’écharpe empaquetée. Il n'y avait plus qu'elle et Shikamaru qui n'avait pas donné leur présent.

C'est alors que la porte du restaurant coulissa et laissa apparaitre dans son embrasure, deux silhouettes. Les nouveaux arrivants entrèrent, engendrant un silence de stupéfaction.

-Naruto, voici mon cadeau, sourit Shikamaru.

Dans le hall du restaurant se tenait Sakura et Sasuke dans de grands imperméables ruisselant de gouttes d'eau. La surprise ne s'estompait pas plus que le silence.

-Quel accueil chaleureux...Ça fait plaisir de se sentir attendu comme ça ! lança Sasuke avec sarcasme en brisant le silence.

-Sasuke...Sakura-Chan...C'est un choc, bafouilla Naruto en s’avançant vers eux. Je pensais que vous ne vouliez plus revenir au village.


-Shikamaru, a réussi à nous faire parvenir une lettre pour nous expliquer. Nous n'allions pas rater une telle occasion. Bon anniversaire Naruto !

Naruto, les larmes montant dans ses yeux, prit ses deux amis dans ses bras.

-Merci à vous deux et merci à toi Shikamaru, c'est le plus beau cadeau que tu pouvais me faire, s'exclama-t-il.

Hinata sentit à ce moment un souffle glacial refroidir son enthousiasme à l'idée d'offrir son écharpe à Naruto. Elle se recula et s’assit à table dans son mutisme habituel.


La soirée reprit de plus belle, entre cadeaux, gâteau et boissons. Sakura vint parler avec ses amies, qui lui posèrent de nombreuses questions sur son périple avec Sasuke.

-Alors Sakura, ça y est vous êtes ensemble avec Sasuke ! se moqua un peu Ino.

-Oui et non, soupira un peu mélancoliquement Sakura. Ça n'est pas simple...

-Tu vas nous faire croire que tu voyages depuis des mois avec lui sans que rien ne se soit passé ? Je t'ai connue plus combative.

-Ino, je sais bien, mais Sasuke semble se contenir. Comme si ses sentiments étaient des dangers. J'ai l'impression qu'il veut toujours les contrôler.

-Ah ah, alors en fait y a rien entre vous, j'ai donc encore une chance, taquina Ino.

-Je n'ai pas dit cela...Certains soirs Sasuke se rapproche de moi et puis... le lendemain il se
comporte comme si rien n’était arrivé. Je crois qu'il a peur de s'attacher. Mais ne te fait pas d'idées, tu n'as pas l'ombre d'une chance, surtout en restant au village...D'ailleurs tu n'as pas de petit-ami, on dirait...Une belle fille comme toi, j'imagine que c'est ton caractère de cochon qui les fait fuir.


-Détrompe-toi Sakura, intervint Tenten, Ino est courtisée par deux garçons ces temps-ci mais elle semble ne pas savoir lequel choisir.


-Deux garçons, voyez-vous ça...rit sans méchanceté Sakura. Qui sont ces deux prétendants, hein Ino ?

-C'est Saï et Kiba...murmura-t-elle.


-Wahou c'est un grand écart niveau personnalité. Je vois que la vie continue tranquillement à Konoha. Et dites-moi comment va le nouveau Kage ? Naruto doit être aux anges maintenant qu'il a réalisé son rêve.

Sakura regarda Tenten, Ino et Hinata et fut surprise par le silence gêné de ses amies.


-Qu'est-ce qu'il y a ? Pourquoi vous ne dites rien ?

-Sakura, Shikamaru nous a dit que ces derniers temps Naruto semblait plutôt déprimé et
terne. Apparemment depuis la fin de la guerre et son accession au titre d 'Hokage, Naruto n'a plus la même joie de vivre qu'avant. Et personne ne semble savoir pourquoi...répondit Ino en chuchotant.

-Ah bon, mais je ne comprends pas...il a réalisé son rêve. Et puis il doit être comme toi Ino, les
filles doivent lui courir après...à moins que l'une d'entre elle ait enfin concrétisée...répondit Sakura en fixant Hinata.

Cette dernière ne répondit pas et baissa les yeux en serrant son paquet cadeau dans ses bras. La
soirée se poursuivit tardivement dans la joie et la bonne humeur. Puis vint le moment où le restaurant se prépara à fermer ses portes, les convives s’apprêtèrent à partir. Les bonsoir et au-revoir s’éternisaient, Hinata s'approcha dans le dos de Naruto pour lui donner enfin son cadeau et lui dire au-revoir. Mais le jeune homme s'approcha de Sasuke et lui demanda de venir lui parler seul à seul à l’extérieur du restaurant.

Les deux garçons sortirent dans une ruelle avant les autres sans se faire remarquer. Hinata les
suivit discrètement, restant dans l'ombre pour attendre une opportunité de donner son cadeau. Elle entendit des brides de conversation entre les deux.


-Sasuke je t'en conjure j'ai besoin de toi pour ce projet. C'est la seule solution que j'ai trouvé pour que la paix demeure...

-Désolé Naruto, je ne veux plus avoir ce genre de rôle...

-Mais toi et moi sommes les seuls à pouvoir le faire. Nagato n'avait pas tord dans sa vision...seule sa méthode était mauvaise. Mais je le vois bien, si je n'arrive pas à faire accepter mon idée dans les semaines à venir, nous nous acheminons de nouveau vers un cycle de combats.

-Je t'ai bien compris. Mais je ne serais plus l'arme d'un village ou d'un clan. Je veux vivre ma vie comme je l'entends. Mon choix est de parcourir le monde pour aider ceux qui en ont besoin sans être un soldat aux ordres de ceux qui souhaite me manipuler. Bon courage Naruto, tu es l'Hokage désormais, je connais ta volonté mon ami, tu trouveras une solution. Encore bon anniversaire...mais là, je dois y aller.

Sasuke s’éloigna de Naruto qui resta seul dans la petite ruelle. Les jeunes gens partirent assez bruyamment du restaurant. Hinata quant à elle grâce à ses pupilles, observait Naruto toujours immobile dans la ruelle. Après quelques minutes, le silence de la nuit retomba dans la rue. Elle n'osait aller voir Naruto, préférant rester adossée contre le mur du restaurant elle attendait
qu'il sorte de la ruelle.

Le moment vint, Naruto sortit de la ruelle en passant juste à côté d'elle. Le visage sombre, les mains dans les poches et les épaules basses, il ne la remarqua pas.

-Naruto-Kun, l'interpella-t-elle dans une bouffée de courage.

-Hinata...que fais-tu encore ici !


-Je t'attendais, Naruto-Kun...

-Pourquoi m'attendais-tu ? lui demanda-t-il surpris.

-Je n'ai pas eu l'occasion de te donner ton cadeau...Bon anniversaire Naruto-Kun.

Elle lui tendit le paquet en lui souriant timidement. Naruto l'ouvrit et contempla l’écharpe et sans attendre se l'entoura autour du cou.

-Merci Hinata...merci c'est un magnifique cadeau. Je ne sais pas comment te le dire...

-Me dire quoi Naruto-Kun, bafouilla-t-elle.

-Je me sens très gêné, je voulais m'excuser pour l'autre jour à la remise des médailles. Je me suis mal comporté avec toi. Vraiment je suis désolé. J'aurais du m'excuser plus tôt mais je n'ai pas
beaucoup de temps à moi, tu sais.

-C'est pas grave, je comprends très bien. Je vais rentrer maintenant, il est tard et il commence à faire froid. Bonsoir Naruto-Kun.

-Euh Hinata...Je me demandais si je pouvais te raccompagner...

-Me raccompagner ?

-Oui je me sens un peu seul. Tout le monde est parti, mais toi tu es restée...tu es toujours là, lorsque j'ai des moments difficiles. Alors je voudrais savoir si je pouvais te raccompagner.


-Euh...je...oui, Naruto-Kun.

Ils partirent tous les deux côtes à côtes lentement en direction de la demeure familiale de la famille Hyugaa. Ils marchaient sans un mot, sans se regarder. Puis Naruto se souvint d'une chose et
délicatement tendit la main pour prendre celle d'Hinata dans la sienne. Hinata se sentit comme lors de la bataille contre Juubi, calme et en sécurité en sentant la chaleur de la main de Naruto autour de la sienne. Ils finirent par arriver devant la grande porte de la maison d'Hinata.

-Merci de m'avoir raccompagner, Naruto-Kun, murmura-t-elle en se tournant face à lui.


-Mais de rien Hinata...sourit-il.

-Naruto-Kun, tu ne vas pas bien, lui dit-elle tendrement s'approchant de lui pour poser son autre main sur sa joue droite.

Naruto se trouva désarçonné par son geste, comme lors de la mort de Neji. Mais cette fois ce ne fut pas la surprise de la gifle, mais la douceur de la caresse qui le surprit et les mots d'Hinata.

-Pourquoi dis-tu ça, Hinata ? Je suis l'Hokage, je vais très bien.

-Non, ne me ment pas Naruto-Kun, je vois bien que tu n'es pas bien. Ton sourire, je le connais, mais ces derniers temps, il n'est pas le même...On dirait que tu te forces.

-Je...ne trouvant pas de mot pour répondre, il resta la muet et touché au plus profond de lui par la tendresse d'Hinata. Tu as un don pour me comprendre Hinata. Tu as raison, depuis que je suis Hokage je ne me suis jamais senti aussi perdu. Je n'ai plus de but, je me sens seul...les gens m'aiment mais il y a une distance entre eux et moi...et puis je crains ne pas être à la hauteur.

-Naruto-Kun, tu n'es pas seul. Tu as toujours des amis. Rappelle-toi ce que tu m'as dit ce jour là...que j'avais toujours été à tes côtés et je le serais toujours...

-Merci Hinata.

Naruto prit la main qu'Hinata laissait sur sa joue et la fixa dans les yeux. Tous les deux restèrent un instant sans un mot à se fixer, leur visage s'approchant lentement l'un de l'autre.

Non loin d'eux dans un arbre, des bruits étranges s’échappaient de son feuillage, tandis que leur visage n’était plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre.

-Alors tu les vois ? Qu'est-ce qu'ils font ?

-Tais-toi, et arrête de me pousser, tu vas me faire tomber.

-Tu n'avais qu'à me laisser cette place, mes yeux sont plus performants que les tiens. Et enlève ta main de là, sale pervers.


-Arrête noooooon...

Dans un craquement de branches cassées, Konohamaru et Hanabi tombèrent de l'arbre à quelques mètres seulement du couple. Surpris, Hinata et Naruto éloignèrent promptement leur visage l'un de l'autre en se regardant émus et gênés. Puis ils se tournèrent tous les deux vers Hanabi et Konohamaru, affalés l'un sur l'autre après leur chute.

-Hanabi, qu'est-ce que tu fais dehors à cette heure...gronda gentiment Hinata avec une pointe de joie dans sa voix. Père va s’inquiéter, rentrons.

-Oui Grande-Sœur...répondit-elle en poussant sans délicatesse Konohamaru en lui lançant tout bas un « Crétin » bien sec.

-Crétine toi même ! répliqua le jeune ninja avant de recevoir une claque sans méchanceté derrière le crane.


-Soit poli avec les femmes Konohamaru...sourit Naruto qui s’était approché de son rival. Bonsoir Hinata...lança-t-il tendrement en prenant Konohamaru par l’arrière du col. Je vais ramener cet ostrogoth chez lui.


-Bonsoir Naruto-Kun, dit-elle avec douceur en aidant Hanabi à se relever.

L'un comme l'autre partirent de leur côté accompagné de leurs jeunes alter-ego.


Chapitre 10 : Status Quo

Les journées d'automne passaient lentement dans le village caché de Konoha. Malgré un anniversaire surprise réussi et des retrouvailles avec ses anciens coéquipiers, Naruto ne semblait pas plus heureux qu'avant. Les soucis du nouveau leader de Konoha s’amoncelaient et prenaient une tournure peu réjouissante. Les fantômes du passé resurgissaient au fur et à mesure que la bataille finale contre Juubi s'estompait dans les esprits.

Debout devant la fenêtre de son bureau, Naruto observait les épais nuages de pluie de Novembre approcher du village. Les mains serrés dans son dos, il restait là, pensif, se remémorant sa conversation fugace avec Sasuke.

-Sasuke, si seulement tu avais accepté...mon voyage à Suna aurait été plus simple et les négociations auraient été rapidement conclues.

-Naruto, l'interpella Shikamaru en entrant dans le bureau. Temari est arrivée, tu es prêt pour ton départ ? Tu as bien pris tous mes pense-bêtes, tous les dossiers ?

-Oui je suis prêt...soupira-t-il harassé. Si seulement Sasuke avait été à mes côtés...

-Cesse de te tourmenter, tu sais bien que Suna est allié avec nous. En plus tu aura l'appui de Gaara, cela ne fait aucun doute. C'est presque une formalité. Ce n'est pas cette négociation qui t’inquiète...Ton idée pour la présence de Sasuke était bonne, mais tu sais comme moi que malgré son aide dans la bataille finale, sa réputation est loin de faire l’unanimité.

-Bien sûr que je le sais ! Justement cela faisait aussi parti de l'idée...Enfin, il préfère être libre, je
ne peux pas lui en vouloir après avoir été autant manipulé. Bon allons-y...


Naruto se retourna et prit son écharpe pour l'entourer autour de son cou, puis il sortit emboitant le pas à Shikamaru. Tous les deux prirent le chemin vers les grandes portes du village.

-Oui je sais, je vais passer par chez elle...mais arrête me parler quand je suis dans la rue comme ça...


-Je te demande pardon ? s’étonna Shikamaru en entendant parler Naruto tout seul.

-Rien, je me parlais à moi-même...J'aimerais qu'on passe par la maison des Hyugaa avant de rejoindre Temari, ça ne pose pas de problème ?


-Aucun, tu es l'hHokage...cela à des avantages. Et puis tu connais Temari, si nous la faisons trop attendre, ce sera moi le responsable...C'est couru...maugréa Shikamaru les mains profondément enfoncés dans ses poches.


-Merci vieux ! Mais bon sang, tais-toi donc...rouspéta Naruto un sourire malicieux aux lèvres.

-Naruto, crois-moi, il faut que tu arrêtes de parler tout seul comme ça, les gens vont te croire fou à force.

-Je parle pas tout seul, c'est Kurama qui n’arrête pas de me raconter des idioties. Et parfois je lui réponds à voix haute...ça m’échappe depuis que j'ai ouvert son sceau.

-Qui est Kurama ?

-Kurama...bein c'est Kyubi...et finalement depuis que la cohabitation se fait en bon terme...je commence à regretter son silence d’antan.

Ils finirent par arriver devant la demeure de Hinata. Naruto frappa à la grande porte et attendit.

-Alors ça y est ? Tu t'es décidé !

-Décider ? De quoi parles-tu Shikamaru ?


-Ahhh la barbe, tu comprends bien de quoi je parles non ? Toi et Hinata...

-Non, il n'y a rien entre Hinata et moi...répondit Naruto un peu gêné.

-Ah bon...alors pourquoi on est là...

-Mêle-toi de tes affaires, bon sang. Je ne te fais pas de remarque sur tes « je t'aime moi non
plus » avec Temari.

-Pfff...

-Hokage-Sama ? les interrompit un membre du clan qui venait d’ouvrir la porte.

-Bonjour, je voulais voir Hinata...

-Oh je suis navré Hokage-Sama, mais Hinata-Sama est parti avec sa sœur et son père se recueillir sur la sépulture de Neji.

-Ah mince, bon sang ! Vous pourrez lui dire que je suis passé et que je pars pour une semaine à Suna.

Sur ces mots, Naruto et Shikamaru partirent rejoindre Temari qui les attendait à la sortie de la ville. Après un savon rapide passé à Shikamaru sur leur retard, Temari s’inquiéta de voir Naruto l'air sombre.


-Ça va Temari, il est juste un peu perturbé de ne pas avoir pu dire au revoir à sa petite amie.

-Ah bon ça y est tu as trouvé une fille...J'imagine que comme pour mon frère ton rôle d'Hokage te facilite la
tâche.

-Non, arrêtez tous les deux, j'ai pas de copine, pas encore...cria Naruto en sautant sur une branche pour s’élancer dans une course dans les arbres.

-Et tu dis ça mais tu es tout rouge, le taquina Shikamaru.

-Taisez-vous ou je passe en mode Kyubi pour voyager, répondit Naruto visiblement agacé.

-Laisse-le un peu tranquille...Il est pas comme toi apparemment.

-Ça veut dire quoi cette remarque mesquine ! répliqua Shikamaru à Temari.

-Joues les idiots, ça te va bien tiens...Naruto contrairement à certain semble prêter de l'importance à la séparation...et à la distance...

-Pfff, quelle plaie...Peut-être que je suis pas comme lui, je ne suis pas aussi extraverti, voilà tout...



Le soir venu, à Konoha, la petite bande attendait autour d'une table chez Moegi. Un silence pesant planait au dessus de Konohamaru qui attendait les bras croisés en tapotant nerveusement du pied sur le sol.

-Désolée pour le retard, j'ai pas pu venir plus tôt, s'excusa Hanabi en entrant dans la pièce, essoufflée par une course sous la pluie.

-Hanabi tu es trempée, s’inquiéta Udon en se levant pour l’accueillir.

-Ça va, elle va pas mourir pour si peu...Tu es en retard lâcha Konohamaru sèchement.

-Sympa l’accueil, ça fait plaisir...mais à quoi s'attendre d'un pervers idiot comme toi. Merci Udon, dit-elle au jeune adolescent qui lui apportait une chaise.


-Gna, gna, gna...Je suis pas un pervers...c'est pas moi qui mate Naruto a travers les murs avec mon Byakugan...

-Ah non effectivement, toi tu viens mater ma sœur dans son bain...

-Est-ce que vous pourriez vous arrêter un moment tous les deux, s'il vous plait ? C'est fatiguant à la fin, intervint Moegi. Hanabi, Konohamaru nous a dit que le soir de l'anniversaire de Naruto Niichan, ta sœur et lui avait failli s'embrasser...C'est un bon point, non ?

-Oui, « faillit ». Si un imbécile nous avait pas fait tombé...


-L’imbécile , tu l'a poussé...alors te plains pas.

-Je t'ai poussé parce que tu as posé ta main sur ma poitrine ! Pervers...

-J'ai pas fait exprès, on était trop serré et tu n’arrêtais pas de t'agiter. Et je me suis déjà excusé, alors ça va...cracha Konohamaru en faisant une mou dédaigneuse.

-Hanabi, s'il te plait...Est-ce que tu penses que ta sœur et Naruto Nii-chan pourraient sortir ensemble ?

-Moegi, j'en suis persuadée. En tout cas, je sais que ma sœur ne rêve que de ça, c'est le garçon
de ses rêves. Mais elle est tellement timide que cela n'arrange rien.


-Oui mais si ils ont failli s'embrasser, il y a sûrement une chance d'y arriver. Konohamaru, toi qui connait le mieux Naruto Nii-chan, penses-tu que s'ils sortaient tous les deux, il se sentirait mieux ?

-Franchement, Naruto avait l'air apaisé en sa présence...et puis c'est une aussi jolie fille que sa sœur...bafouilla Konohamaru en tournant la tête dans le sens opposée à Hanabi qui écarquilla ses yeux de surprise. Et sûrement moins brutale aussi, finit-il par ajouter.

-Ah ah, je me disais aussi que tu devais être malade pour faire un compliment sans un sarcasme, rit Hanabi.

-Alors, qu'est-ce qu'on fait maintenant, Hanabi ? Konohamaru, est-ce que vous avez du nouveau, ce sont-ils revus depuis ce jour ? questionna Udon en jetant un regard sombre en direction de Konohamaru.

-Nooooon ! répondirent-ils en cœur d'un ton de dépit.

-Je sais que Naruto Nii-chan est parti pour Suna avec Shikamaru. Donc aucune chance pendant un moment qu'ils se voient. Je ne peux pas pas faire grand chose en attendant son retour...Il va falloir que Hanabi motive sa sœur.

-D'accord, je vais essayer de pousser ma sœur à surmonter un peu sa timidité. Je vais rentrer de suite pour parler avec elle.

-Tu veux que je te raccompagne ?demanda Udon en se levant.

-Ça va aller, elle n'a pas besoin de garde du corps...lança Konohamaru sans les regarder.


-Merci Udon, c'est gentil de ta part ! Mais ce n'est pas la peine, répondit-elle en fixant Konohamaru.

-Ah bon d'accord, soupira Udon en se rasseyant.

Arrivée chez elle, Hanabi se dirigea vers la chambre de sa sœur et entra après lui avoir demandé l'autorisation. Hinata apportait avec sérénités les dernières touches à sa composition d'Ikebana.

-Grande sœur, je me demandais si tu avais revu Naruto San depuis l'autre soir.


-Hein...s’écria Hinata en cassant maladroitement sous le coup de la surprise une petite branche de son bouquet. Non, je n'ai pas revu Naruto-kun. Pourquoi me poses-tu cette question ?

-Juste pour savoir, je me sens un peu responsable de ce qui s'est passé ou plutôt de ce qui ne s'est pas passé ce soir là...

-Mais il ne s'est rien passé...Naruto-Kun m'a juste gentiment raccompagné, voilà tout...

-D'accord grande sœur, je ne voulais pas te mettre mal-à-l'aise, mais tu es toute rouge...Je voulais juste te dire que Naruto-San est parti pour Suna pour un petit moment.

-Oui je suis au courant, dit-elle un peu morose, il est passé ici pour me voir, mais nous n’étions pas là...

-Tu sais tu devrais aller le voir quand il reviendra...Konohamaru pense que tu pourrais aider Naruto-San.

-Moi, aider Naruto-Kun, mais comment, il est l'hokage...que pourrais-je bien lui apporter comme aide ? Je ne suis pas aussi intelligente que Shikamaru, ni forte comme son ami Sasuke ou joyeuse comme Lee...

-Bouge-toi un peu grande sœur...je ne pense pas que Konohamaru soit très malin mais il connait bien
Naruto-San. Ce qu'il dit doit être vrai, notre Hokage a besoin de toi.


-Tu as peut-être raison, je vais y penser...

Hinata laissa planer un long silence après ces derniers mots, laissant Hanabi quelque peu perplexe. Finalement devant le mutisme de son ainée, elle partit un peu frustrée. Hinata cherchait au plus profond de son imagination, une idée pour pouvoir se retrouver de nouveau avec Naruto. Mais sa timidité la forçait à trouver une solution qui ne révélerait pas son désir profond d’être seule avec
lui.

Après un long moment de réflexion, elle se leva et se dirigea vers la pièce centrale où son père lisait un parchemin en buvant une tasse de thé. Elle entra avec délicatesse en coulissant le panneau d'entrée.

-Père, puis je m'entretenir avec vous d'un sujet qui me tiens à cœur ?

-Bien sûr ma fille, je t’écoute.

-Père, nous sommes bientôt le vingt-sept décembre...

-Je sais, mais je suis surpris, tu n'es pas du genre à demander un présent pour ton anniversaire.

-Père, je ne le ferais pas...Je voulais juste savoir si pour l'occasion, je pouvais exceptionnellement
inviter un garçon étranger au clan pour la célébration de mon anniversaire.


-Comment ça étranger au clan...répéta Hiashi en fronçant les sourcils. Tu sais bien que les anniversaires des membres de la branche principale se font en comité réservé aux seuls membres du clan. Le seul cas d'exception toléré est...Oh serait-ce un prétendant, ma fille ?

-Pas vraiment, enfin je sais pas, répondit-elle en tapotant ses deux index l'un sur l'autre.


-Comment ça, tu ne sais pas...cesse donc d’être aussi hésitante Hinata ! Je ne te permettrait pas d'inviter un garçon étranger si ce n'est pas un prétendant...

-Mais père...

-Il n'y a pas de mais qui tienne...Et puis d'abord qui est ce garçon que tu veux inviter à entrer dans une célébration coutumière de notre clan ?

-C'est Naruto-Kun...murmura-t-elle si bas que Hiashi n'entendit pas.

-Qui ? redemanda-t-il plus fermement. Cesse d’être aussi timorée, tu ne l’étais pas quand tu as redonné espoir à Rokudaime-sama sur le champs de bataille.


-Justement père, je voudrais que nous invitions Naruto-Kun à la célébration de mon anniversaire.

-Naruto Uzumaki, l'Hokage...tu veux que j'invite l'Hokage pour ton anniversaire sous mon toit ?

Hinata répondit d'un simple mouvement de la tête, entrainant un rire franc mais légèrement hautain de la part de Hiashi.

-Si c'est l'Hokage que tu veux inviter, il n'y a aucune raison que je refuse. C'est toujours un honneur que de recevoir le leader du village. Mais je crois que tu te fais des illusions ma pauvre fille...enfin je n'y vois pas d’inconvénient, tu as mon accord.

-Merci père, dit-elle en s'inclinant respectueusement avant de prendre congé.



Chapitre 11 : c'est pas un cadeau !



Deux semaines plus tard, les gardes de la porte de Konoha virent au milieu d'une nuit venteuse les deux silhouettes de l'Hokage et son conseillé apparaître au détour du chemin qui menait au village. Ne s'attardant pas en confidence, les deux hommes passèrent devant les gardes en ne leur adressant qu'un simple bonsoir. Harassé, Naruto prit congé de son ami et se dirigea rapidement vers son petit appartement. Il entra et claqua la porte derrière lui avant de s'effondrer face contre son matelas.

-Ce voyage m'a épuisé...Nous avons au moins le soutien de Suna dans cette affaire...C'est quand même surprenant que Gaara ai été aussi long à convaincre, marmonna-t-il la bouche à moitié écrasée dans l'oreiller.


-Tu es encore surpris ? Tu devrais pourtant savoir que tout le monde ne partage pas ton idéal de paix...Naruto, gronda la voix de Kurama en lui. Le Kazekage n'est pas le seul à diriger son village, il y a d'autres personnes influentes avec qui il doit compter. Tu as déjà son soutien, ce n'est pas rien...

-Bien sûr, mais après une telle guerre, je pensais que les gens seraient plus réceptifs à l'idée d'une paix durable. Mais assez parlé pour ce soir, bon sang, que ces tractations me fatiguent et m'ennuient. J'aurais jamais pensé qu’être Hokage était aussi lassant...

Sur ces mots le jeune Hokage termina son dialogue avec Kurama et s'endormit sans attendre. Malgré la fatigue, Naruto rêva longuement du champs de bataille et des nombreux cadavres qui le jonchaient après la bataille contre le Juubi. Si bien qu'il se réveilla assez tôt le lendemain et sans la sensation d’être reposé. S’étirant en baillant, Naruto se leva avec difficulté, marchant dans le capharnaüm de son appartement en désordre. Prenant une bouteille de lait entamée dans son frigo et deux ou trois biscuits qui trainaient sur une étagère, il se mit à prendre son petit déjeuner dans un état second.
En grignotant son biscuit, Naruto remarqua une enveloppe qui avait du être glissée sous sa porte. Fourbu, il la récupéra et l'ouvrit sans trop y prêter attention et finit par écarquiller de grands yeux.


-La vache, Hinata m'invite dans son clan pour son anniversaire...Bon sang, c'est vraiment sérieux...

-Crétin...depuis le temps que je t'observe et que je te vois, j'arrive toujours pas à comprendre pourquoi tu es aussi aveugle...ricana Kurama dans la profondeur de l'âme de Naruto.


-Hey, m'insulte pas bon sang ! Et explique-toi un peu mieux. Naruto se concentra et ferma ses yeux apparaissant aux côtés de Kurama qui était allongé calmement sur la surface liquide de son ancienne cage désormais ouverte.


-La guerre, les épreuves, la perte de tes parents, amis et maitre t'ont fait murir Naruto mais tu n'en restes pas moins un gamin. Tu te demandes si c'est vraiment sérieux...Que te faut-il pour comprendre ?

-Je sais pas trop, j'ai toujours rêvé de Sakura-Chan et c'est vrai que je n'imaginais pas qu'une fille comme Hinata puisse s'intéresser à moi...J'ai toujours su au fond de moi que Sakura était inaccessible, je n'avais donc aucune crainte...mais là, je sais plus comment réagir. Si je me comporte bêtement comme avec Sakura...enfin bon sang, comment dire...c'est pas pareil...

-Cette fille t'a aidé moralement bien plus souvent que Sakura...Elle a même failli être à l'origine de ma libération...grogna Kurama en souriant vicieusement de ses grandes dents...Elle n'imagine sûrement pas autre chose qu'une relation sérieuse, c'est évident.

-Ahhhh mais je suis pas prêt, s’écria Naruto en se tirant les cheveux...En plus en ce moment avec toutes ces histoires entre les Kages, comment veux-tu que j'ai la tête à ça ? En plus, aller chez les
Hyugaa...franchement je sais pas, un rigolo comme moi dans cette famille si sérieuse...

-Mais quel empoté...Tu es le Hokage, le grand héros de la dernière guerre, le seul qui ait réussi à maitriser mon pouvoir à un tel niveau et tu as peur d'une relation avec une fille d'un clan qui te doit le respect de part ton rang. Et arrête de te dire que ce n'est pas le moment, tes parents n'ont pas stoppé leur relation de couple pendant la troisième grande guerre ninja.

-Bon, bon, tu as sans doute raison, je ferais bien d'agir comme j'ai l'habitude sans trop me casser la tête...mais maintenant il faut que je trouve un cadeau pour Hinata, un présent correct...

-Si tu veux je peux t'aider, grogna Kurama.

-Ah oui ce serait cool, parce que moi je sèche sérieusement.

Finissant de déjeuner, Naruto partit déambuler dans les rues de Konoha, trainant dans les quartiers de boutiques. Passant de vitrine en vitrine sans la moindre inspiration, rien ne trouvait grâce aux yeux de Naruto. La voix de Kurama le sortit de sa torpeur.

-Naruuuto, si tu veux, je peux te donner des conseils...

-Ah oui pourquoi pas, de toute façon ce sera mieux que rien, parce que je n'ai vraiment pas la moindre idée.


Naruto décida de suivre les indications de Kurama, qui le guidait dans le méandre des boutiques. S’arrêtant enfin devant une boutique, Kurama lui dit qu'il était arrivé. Levant les yeux sur la vitrine, Naruto écarquilla les yeux et ouvrit grand la bouche.

-Non mais t'es vraiment un grand malade, s’écria-t-il. Je vais quand même pas lui offrir un truc pareil...


-Pourquoi c'est joli et au moins elle n'aura plus de doute sur tes intentions, rit le renard.

-Si tu veux que je la fasse fuir, c'est sûr. Bon sang, tu es encore plus pervers que Jiraya, répliqua Naruto en regardant dans la vitrine un ensemble de lingerie fine en dentelle noire.

-Quoi, répondit-il de sa grosse voix. Les femmes aiment sentir qu'on les désire et adore tout ce qui peut les rendre encore plus attrayantes pour leur partenaire. Parfum, vêtements, dessous, toutes ces parures n'ont qu'un seul but à mes yeux, rendre vos femelles plus attirantes à vos yeux...Alors pourquoi pas ce cadeau, je suis certain que cela lui irait bien.

-Euh...Naruto eut la vision d'Hinata dans cet ensemble et se sentit rougir. C'est pas son genre, elle n'est pas aussi superficiel que Ino...bon sang, si elle ouvrait un cadeau comme ça devant son père, il me tuerait, c'est sûr...je suis l'Hokage maintenant, je me dois de montrer l'exemple...

-Pfff, tu es l'Hokage tu peux surtout tout te permettre.

-J'ai eu tort de te demander ton avis, je ne te savais pas si pervers...

-Je ne suis pas pervers, mais je connais les réalités des relations entre les hommes et les femmes...Qu'est-ce que tu crois gamin, que ta mère à mis un sac à patate pour sa nuit de noce avec Minato ? Si tu savais ce qu'elle portait tu me traiterais sûrement pas de pervers...

-Tais toiiiii, je ne veux rien savoir de plus ! hurla Naruto au milieu de la rue en bouchant ses oreilles avec les mains.

Puis il s’éloigna rapidement de la boutique devant le regard de quelques jeunes femmes surprises et murmurant entre
elles.

-Bon c'est pas tout ça, mais je me retrouve toujours sans la moindre idée. Qui pourrait bien m'aider ? Enfin, mieux que ce pervers de renard...

Naruto marcha un moment dans la rue en se frottant l’arrière du crâne. Puis il se retourna et cria.

-Konohamaru cesse de me suivre en te cachant, viens ici j'ai besoin de ton aide.

Le jeune ninja sortit effectivement d'un coin sombre en esquissant un sourire narquois.


-Qu'est-ce que je peux faire pour toi Naruto Niichan, demanda-t-il en se frottant le dessous du nez le visage souriant.

-Dis-moi, qu'est-ce que tu offrirais comme cadeau à quelqu'un que tu apprécies beaucoup.

-Moi, ah je sais, viens suis moi Naruto Niichan, j'ai un truc incroyable à te montrer.


Surpris par l'enthousiasme de ce jeune ami, Naruto le suivit sans poser de question. Konohamaru l'emmena dans une boutique pleine de bande-dessinée, de carte à collectionner et autres produits vantant les exploits de grand ninja. A son entrée les quelques clients et le commerçant se turent surpris par la présence de l'Hokage dans la boutique. Après une rapide séance de signature de
carte à collectionner à sa propre effigie, Naruto demanda à Konohamaru la raison de leur venue dans cette boutique.

-Viens voir, le patron m'a dit qu'il avait reçu la dernière reconstitution d'un de tes exploits. C'est un modèle collector, il n'y en a que quarante qui ont été faits, c'est le cadeau parfait...moi-même je rêve de l'avoir.

-Ah Konohamaru, l'un de mes meilleurs clients et accompagné du grand Naruto Uzumaki le seul et unique sixième Hokage pas comme ce pourri de Danzo...quel honneur pour ma modeste boutique...c'est un grand honneur pour moi de vous accueillir. En quoi puis je vous être utile ?

-Monsieur, j'aimerais que vous nous montriez les dernières figurines collector que vous avez reçu.

-Bien sûr mon petit monsieur, s'exclama le commerçant en sortant un objet précautionneusement sur
son comptoir.

Une scène en résine peinte montrant dans un décor de rocher, un Pain hideux en train de succomber à Naruto sous sa forme de maitrise de kyubi.

-Voilà une reconstitution fidèle en édition collector de la grande victoire de notre héroïque hokage contre l’infâme Pain lors de la bataille de Konoha...C'est une pièce très recherchée.

-C'est une blague...marmonna Naruto en se retenant d'exploser de colère.

-Quoi, c'est le cadeau que j'aimerais que l'on me fasse, s’étonna Konohamaru.


-Non, mais c'est quoi cette scène, je n'ai jamais vaincu Pain comme ça...Et puis Nagato enfin Pain n’était pas aussi moche...Et je n'ai jamais été sous cette forme pour le vaincre, je ne maitrisais pas la puissance de Kurama à cette époque...C'est grotesque.

-Maitre Hokage, pardonnez-moi, mais cette reconstitution est la réplique fidèle de votre victoire...les témoignages sont formels et ont été récoltés avec parcimonie...

-Mais n'importe quoi, bon sang...d'abord, une seule personne encore vivante aujourd'hui était présente lors de ma transformation en kyubi ce jour...et vu son état à ce moment-là et sa discrétion, je ne pense pas que vous ayez eu son témoignage...D'ailleurs son absence sur la scène est une honte, si elle n'avait
pas risqué sa vie ce jour-là, le village n'existerait sûrement plus.


-Excusez-moi mais de quoi parlez vous Hokage-Sama ? demanda le commerçant très gêné par la colère de Naruto.

-Je parle de Hinata Hyuga qui fut la seule à assister à la scène où je me suis transformé en kyubi et
sûrement pas dans cette forme dorée. C'est du n'importe quoi...Konohamaru, tu penses que je pourrais offrir ça à Hinata...une scène en résine d'un affrontement où elle a failli mourir et où elle n'est même pas représentée. Finalement tu restes un gamin, soupira-t-il. J'aurais mieux fait de ne pas te demander. Entre toi et le pervers de tout à l'heure je suis bien avancé...


Sans attendre, il sortit de la boutique sans refermer la porte. Marchant dans les rues d'un pas décidé, il réfléchissait à haute voix. Il fit le tour de ses amis et les réponses étaient de pire en pire...Choji lui conseilla un repas gastronomique, Lee un ensemble de musculation, Sai une parure de calligraphie.
Il évita d'aller voir les coéquipiers de Hinata. Il finit par aller frapper à la
porte de l'appartement de Iruka.

Il attendit un moment sans que personne ne réponde, il insista en frappant un peu plus fort. La voix lointaine de Iruka répondit.

-Un instant j'arrive...

Puis la porte s'ouvrit sur un Iruka débraillé et le visage crispé et rouge.

-Naruto ? s’étonna-t-il. Qu'est-ce qui se passe ?

-Maitre Iruka, je peux vous demander un conseil...

-Quoi, là maintenant...c'est que...

-Oh je vous dérange ? Bon je reviendrai plus tard si vous voulez...ce n'est pas urgent.


-IRUKA ! Qui est le crétin qui vient nous déranger, hurla une voix féminine derrière la porte. J’espère que c'est important parce que sinon ça se passera mal.

-Cette voix...

-Quoi hurla-t-elle, qu'est-ce qu'elle a ma voix...Tu veux que je t'apprenne les manières...Tirant en arrière Iruka, Anko apparut devant un Naruto médusé de la voir en petite tenue. Oh...Naru...euh Maitre Hokage, s'exclama-t-elle avec stupeur...pardonnez-moi. Puis elle se recula de nouveau derrière la porte. Iruka occupe-toi de ça !


-Oui, oui Anko...je m'en occupe. Excuse-moi Naruto, c'est que...


-Pas de problème, sourit Naruto. Je repasserai un autre moment.


-IRUKA, dit à ton ami d'entrer je vais me changer, on ne refuse pas la visite de l'Hokage. Crétin !

-Oui ma sucrerie...bafouilla-t-il.


Naruto se retenait de rire de voir son professeur tout idiot devant les réclamations d'Anko. Iruka fit entrer Naruto et remit rapidement ses vêtements de façon plus présentable. Ils s'assirent tous les deux devant la table de la cuisine et n’osèrent trop se parler.

Ce fut Anko qui, revenant habillée comme à son habitude, brisa le silence gêné des deux hommes.

-Iruka, tu n'as rien proposé à l'Hokage...Tu me fais honte.

-Anko-San, calmez-vous, ça n'est rien et ne m'appelez pas « Hokage », ça me gêne.

-Bien Naruto...Tu veux un thé ? Je suis une spécialiste de la cérémonie du thé...


-Oui merci volontiers...alors tous les deux...enfin...vous êtes...


-On est ensemble depuis la fin de la guerre, répondit Iruka presque gêné de le dire devant son ancien élève.

-Quoi ça te gène qu'on sorte ensemble, dit sèchement Anko en posant violemment les tasses sur la table.


-Non, non, c'est juste que c'est Naruto...et que j'aurai dû lui en parler avant, c'est un peu gênant qu'il le découvre comme ça. Il est un peu comme un petit frère pour moi, tu comprends ma sucrerie.

-Anko-San, ne vous énervez pas, je trouve ça bien que vous soyez ensemble. Ca fait plaisir de voir que malgré les conflits, la vie continue. Comment êtes-vous tombés amoureux ?

-Lorsqu'on m'a retrouvée et ramenée au village, Iruka est venu me rendre visite plusieurs fois à l’hôpital du village...Tiens Naruto, voilà ton thé...

-Alors Naruto, tu voulais me demander un conseil. Qu'est-ce que je pourrais bien faire pour toi, maintenant que tu es si puissant et Hokage en plus ?

-Voilà, je cherche un cadeau pour une personne à qui j'aimerais montrer que je tiens beaucoup à elle. Et je ne sais vraiment pas quoi lui offrir. Tout ce que l'on m'a déjà conseillé ne me plait pas...alors je suis venu vous voir.

-C'est pour une fille, n'est-ce pas...le coupa Anko en lui versant son thé.

-Co...Comment avez-vous deviné Anko-San ?


-Intuition féminine évidement, rit Anko. Je parie même que la dite jeune fille est plutôt réservé et d'une famille noble du village...ponctuant sa phrase d'un clin d’œil en direction de Naruto qui en restait abasourdi. Pas besoin de me répondre, ton silence est éloquent. Si tu veux un conseil, ne demande pas à Iruka. Sorti des fleurs et des pâtisseries, il ne m'a encore rien offert d'original. Si tu veux, moi je peux te montrer ce qui pourrait lui plaire et lui faire comprendre que ce n'est pas à sens unique.

-Anko ma sucrerie, comment sais tu tout ça...

-Iruka, je suis une femme et je suis une amie de Kurenaï, c'est aussi simple que ça. Alors Naruto, tu me fais confiance ?


-Écoutez, j'ai l'impression que vous êtes déjà au courant de tout...ricana le jeune homme l'air gêné.

-Parfait suis moi, nous allons y aller.


Les jours passèrent rapidement et le vingt-sept décembre approchait. Naruto était de plus en plus nerveux à l'idée de cette visite chez les Hyugaa. Il avait fait parvenir une réponse positive par courrier. Au lendemain de noël, Naruto trouvait le temps long dans son bureau d'Hokage, imaginant toute sorte de scenario pour le lendemain. Soudain, Shikamaru entra sans frapper, le faisant sursauter.

-Shikamaru qu'est-ce qui te prend ?


-Naruto, il faut vite que l'on parte pour le Pays du fer...il s'y passe un événement très important.

-Quoi maintenant, mais je ne peux pas, j'ai un truc très important de prévu demain...tu te rends pas compte.


-Naruto, les kages ont organisé une rencontre secrète où ni toi, ni le kazekage êtes conviés. Cela veut dire qu'une alliance contre ton projet est en train de se mettre en place.

-Je comprends mais...

-Naruto, si nous ne faisons pas acte de présence, cela sera trop tard. Ils prendront cela comme un acte de faiblesse. Une alliance contre nous serait désastreuse en ce moment. Si tu veux que ton projet aboutisse, il faut que l'on y soit. Temari, Kankuro et Gaara sont parti de Suna il y a une heure et je leur ai promis que nous nous retrouverions là-bas. Imagine si nous les laissions seuls face aux
autres kages, ce serait un signe de faiblesse dans notre alliance avec Suna.


-Bon, d'accord...prépare le départ j'arrive dans un instant.


Naruto resta seul assis à son bureau. Il ouvrit le tiroir de son bureau et prit le paquet cadeau qu'il avait préparé. Il se leva et posa son front contre la vitre derrière lui en regardant en direction de la demeure des Hyugaa.


-Pardonne-moi Hinata, je n'ai pas le choix...mon devoir et la paix doivent passer avant toi.


Portraitiste en Herbe à votre service sur SibyLand-A votre Image
Drielack legend le manga : sur mon blog
                                        sur Amilova
Retrouvez mes news sur Ma Page Face Book
avatar
Siby Ogawa
Chobin
Chobin


http://www.siby-ogawa.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Siby Ogawa le Lun 3 Juin - 17:39

Bonjour ^^ Encore quelques chapitres et ce sera la fin de la première partie de cette fic. Et je vais clore ainsi même s'il existe la seconde partie qui est en cours d'écriture.

Chapitre 12 : Poli Tic



Marchant à vive allure aux côtés de Naruto, Shikamaru lui expliquait la situation et les implications de cet événement. Naruto écoutait un peu absent en maugréant de temps en temps qu'il ne comprenait pas tout. Pensant à la déception que Hinata ressentirait à ne pas le voir le lendemain, il n'arrivait pas à se concentrer sur les conflits politiques que Shikamaru tentait en vain de lui expliquer. Soudain Naruto eut un éclair qui passa dans son esprit, une idée qui s'imposa d'elle-même.


-Shikamaru, y a quelque chose qui me perturbe...

-Oui, c'est ce que je remarque depuis un moment ! Tu n’écoutes rien.

-Comment va-t-on justifier notre présence si nous n'avons pas été invités ? Les autres Kage risquent de mal le prendre, c'est la preuve qu'on les espionne et que la confiance de l'alliance n'est plus.

-Naruto, c'est évident que notre présence va leur déplaire. Mais tout ceci est politique. Si nous manœuvrons bien, ils ne pourront pas montrer leur mécontentement de façon ouverte.

-Comment ça ?

-C'est très simple, il te suffira de dire que tu as reçu l'invitation sans nommer l’expéditeur.

-Qu'est-ce que cela changera ?

-Chacun des trois Kage présents pensera que c'est l'un des deux autres qui l'a fait. Ainsi aucun ne pourra accuser les autres d’être le traitre. De plus ils ne pourront pas avouer que nous n’étions pas
conviés, car dans ce cas, ils reconnaitraient implicitement qu'ils ont délibérément organisé une réunion sans nous. Leur trahison à l'esprit del'alliance serait alors montrée au grand jour et ça, ils ne peuvent passe le permettre.



-C'est drôlement vicieux ton truc...tout le monde sait tout, mais personne ne peut dire que tous les autres mentent en fait...Je n'aime pas ça...



-Tu préfères un affrontement en règle ? Vu l’état des forces armées de chaque village ce serait un véritable massacre. Alors il va falloir la jouer à ma manière. C'est bien compris Naruto ? La force ou les bons sentiments seront de trop. Si les Kage sont prêts à se rencontrer en comité restreint, c'est que ton idée de réforme les dérange suffisamment pour s'allier contre nous. Ils vont donc chercher à augmenter leurs forces pour faire plier Konoha et Suna et se trouver en position de rejeter tes propositions.


Naruto ne pouvait que reconnaître la pertinence des propos de son conseillé. Ils continuèrent à vive allure sans parler d'avantage. Le lendemain en début d’après midi, ils retrouvèrent Gaara, Kankuro et
Temari non loin d'un petit village frontalier du pays du fer. Quelques embrassades amicales et les quatre comparses se mirent en direction du lieu de rendez-vous.



-Naruto, Shikamaru, voilà, c'est dans cette auberge de source chaude, que la réunion informelle doit avoir lieu. Nos services de renseignement sont péremptoire là dessus.



-J'aurai jamais pensé à un endroit si humble, cela ne ressemble pas au Raikage, répondit Naruto à Gaara.

-L'endroit est simple pour ne pas attirer l'attention. Je te rappelle que cette réunion n'est en rien officielle. Ils pourraient prétexter un simple moment de détente.

Le petit groupe arriva juste devant l'entrée de l'auberge où un ninja de chaque village montaient la garde. La surprise fut la première expression à se lire sur leur visage, s'en suivirent des expressions de
méfiance. Les trois hommes ne savaient vraisemblablement pas comment réagir devant une telle situation. Ce fut Gaara qui s'avança pour parler.


-Annoncez aux autres Kages, l'arrivée du Kazekage et de l'Hokage...


Devant l'immobilité des trois hommes, Naruto n'attendit pas et passa en premier pour ouvrir la porte. Une vielle dame s'approcha de lui, visiblement la tenancière au vue de ses vêtements.



-Excusez-moi madame, pouvez-vous nous menez jusqu'à la salle de réunion où se trouve les autres ?

Sans demander quoique ce soit, elle les mena à une salle d’où l'on entendait le Raikage vitupérant de sa grosse voix. Avant d'y arriver Shikamaru murmura à l'oreille de Naruto :

-Du tact et de la retenue, on est d'accord Naruto...

-Ouais, maugréa le jeune homme en ouvrant avec vigueur le panneau coulissant.

Devant eux, se trouvaient les trois autres Kages assis autour d'un thé servi sur une table basse en ébène nacré. L'intrusion de Naruto provoqua un silence immédiat. En toute décontraction Naruto s'avança et s'assit aux côtés du Mizukage, posant sa coiffe sur le sol avec un grand sourire il lança simplement.


-Ça fait plaisir de vous revoir, bon sang...Je peux avoir une tasse de thé moi aussi ?

-Qu'est-ce que vous faites ici, lança le Raikage le visage déformé par une colère contenue.

-Nous venons à la réunion, quoi de plus normal, répliqua lentement et calmement Gaara avant de s'installer près de Naruto.

Kankuro, Temari et Shikamaru s'assirent à leurs tours légèrement en retrait comme leurs homologues des autres villages. Un silence s'installa pendant un moment où les cinq leader s’épièrent en se jaugeant. Le Raikage semblait le plus tendu.


-Alors on va parler de quoi ? lança naïvement Naruto.

-C'est une plaisanterie, hurla le Raikage qui explosa de rage à la remarque désinvolte de Naruto.

-Je ne pense pas que Naruto plaisante, il serait bon de connaître les raisons de notre réunion...

-Notre réunion, continua de hurler le Raikage...On peut savoir depuis
quand c'est votre réunion. Je n'ai pas souvenir de vous avoir conviés.

Shikamaru qui observait attentivement ne manqua pas d'intervenir à la remarque colérique du Raikage :

-Je ne sais que dire, mais j'ai reçu récemment une missive invitant le Hokage à cette réunion afin de discuter d'un sujet capital. C'est la raison de notre présence...n’était-ce pas votre décision Raikage, vous qui étiez le leader de l'alliance ninja ?



Devant la question de Shikamaru, le Raikage serra fortement ses poings et plissa ses paupières en fixant le jeune Nara.



-Moui, c'est votre retard qui m'a agacé...je me suis convaincu que vous ne viendriez pas, voilà tout...

-Alors c'est quoi le sujet du jour, sourit Naruto en mettant ses mains derrière sa nuque dans une pose décontractée.

-Le sujet toussa le Onoki, est votre idée jeune Hokage de faire disparaître les puissances militaires de nos villages. Nous sommes au courant de votre projet et nous ne partageons pas cette idée.

-J'ai pas une telle idée...répondit Naruto...je souhaite que les villages ninja qui ont composé l'alliance s'unissent pour fonder une force commune de maintient de la paix.

-Justement, c'est une idée absurde et inenvisageable, enchaina le Mizukage. Les daïmio ne seront jamais d'accord pour perdre leur puissance militaire respective. L'alliance était une chose inévitable pour sauver notre monde, mais elle n'a plus d’intérêt désormais.

-Bien sûr que si, s'emporta Naruto...La paix c'est une raison suffisante, si nous continuons à vivre comme par le passé, nous reproduirons les même erreurs encore une fois.

-Nos villages ont perdu beaucoup de leur puissance lors de la guerre, il nous faut pour notre survie la récupérer. Nos cultures sont si différentes et nos passés si chargés que nous ne pouvons imaginer une
alliance durable avec les autres nations si aucun risque globale ne nous y force. Vous comprenez jeune Hokage.

-Tsuchigake, une alliance de maintien de la paix comme le propose le Hokage éviterait une course au réarmement entre les grandes nations après toutes ses pertes, déclara lentement Gaara. C'est la raison de mon choix d'accepter la proposition de Naruto Uzumaki.

-C'est une idée puérile...une force militaire commune... Et qui aurait le commandement d'une telle armée ? Sans parler des traitrises possibles avec ce genre d'organisation...pesta le Raikage.

-C'est stupide, si nous nous allions il n'y aura plus de guerre..répéta agacé Naruto.

-Gamin stupide ! hurla le Raikage en se levant d'un bond. Tu es incapable de répondre à cette simple question. Qui dirigera cette force ? A quoi servira-t-elle...si la paix est permanente, nos villages n'auront plus d'utilité et nous n'aurons plus aucun revenu...

-Non, c'est pas...tenta de répondre Naruto.

-Et si les villages ne pensent plus qu'à maintenir la paix, qu'en sera-t-il de ceux qui continueront à s'armer et qui finiront par trahir l'alliance en étant plus puissants ? Croyez-vous que je ne sais pas que
le jeune Kazekage depuis la fin de la bataille contre Juubi a récupéré Itchibi en lui...Le village de Kiri tente de récupérer en ce moment même Sanbi et Rokubi. Alors que sont ces belles paroles devant les réalités de notre monde...Naruto Uzumaki, vous êtes un idéaliste, mais je vous l'avais déjà dit la première fois que je vous ai vu...seule la force permet de maintenir le respect, votre idée n'est qu'une marque de faiblesse et je n'y souscrirai jamais.

-Mais nous courons tout droit vers une nouvelle guerre si nous agissons comme ceci.

-Cela suffit pour ce soir ! Je suis fatigué de cette journée et de ces bêtises utopiques...je vais me coucher. Nous en reparlerons demain, lâcha sèchement le Raikage en sortant de la pièce.


Naruto se tira les cheveux de rage devant la situation qui le dépassait totalement. Il était persuadé que les autres chefs de village comprendraient sa vision de la paix.


Chacun des Kage se retira à son tour, laissant Naruto et Gaara sans le moindre mot de courtoisie. L'aubergiste trouva sans aucun mal deux chambres pour les deux groupes d'invités surprise. Naruto resta un moment en compagnie de Shikamaru dans leur chambre, ce dernier installait leurs affaires pour la nuit.



-T'en fais pas Naruto, nous allons y réfléchir cette nuit et demain, lesesprits seront plus apaisés pour parlementer. Allons prendre un bain dans la source chaude, cela nous détendra.


L'esprit ailleurs, il n'entendait pas les paroles de son ami. Sombre, il repensait à certaines paroles de Pain et de Jiraya. Finalement il était bien loin de répondre à leurs attentes. Le désespoir commençait à le gagner, une pensée d'échec montait en lui.

-Je finis par décevoir tous ceux qui comptent sur moi...se dit-il. Je n'ai pas pu tenir ma promesse à Sakura de ramener Sasuke à l’époque. Je ne réussirai pas à réaliser les rêves de paix de maitre Jiraya...

-Allons Naruto...rien n'est perdu, ajouta Shikamaru en l'entendant marmonner.

-Je ne serais même pas à son anniversaire...continua-t-il dans sa barbe en tâtant un objet dans sa poche.

-Allez, viens te détendre dans la source !

-Euh oui, vas-y, je te rejoins dans un instant...

Shikamaru sortit de la pièce et prit la direction de la source. Il croisa Temari qui en revenait.



-Ça va ? lui demanda-t-elle. Comment Naruto réagit ?

-Boaf c'est pas la fête, il ne cesse de dire qu'il déçoit tout le monde...Il ressasse le passé, Sasuke, son maitre et il parle même d'un anniversaire qu'il aurait manqué.

-C'est vrai qu'aujourd'hui c'est l'anniversaire de Hinata Hyugaa. C'est bien d'elle que tu me disais qu'il y avait peut-être quelque chose entre eux.

-Comment connais-tu la date d'anniversaire de Hinata ?

-Je te rappelle que nous avons été longtemps des responsables des examens chunins, j'ai lu son dossier et j'ai une bonne mémoire...le vingt-sept décembre.

-Tu en es certaine, alors c'est ça la chose importante qu'il avait à faire...Oh non le crétin ! s’écria Shikamaru en courant en direction de leur chambre.


Au moment où il ouvrit la porte, Naruto était sur le rebord de la fenêtre, prêt à bondir en laissant un de ses clones assis sur le lit. Il se retourna vers Shikamaru et n'eut pas le temps de réagir avant que son ombre et celle de son clone ne soient atteintes par celle de son ami.





Chapitre 13 : Devine qui viens dîner ce soir !


Les préparatifs battaient leur plein ce matin-là dans la grande demeure des Hyugaa. Les membres du clans couraient dans tous les sens pour arranger la maison au mieux. C'est que l'anniversaire de dame Hinata allait être aussi l'occasion d’accueillir le nouvel Hokage et grand héros de la guerre. Hanabi était prête et habillée depuis le matin car elle n'aimait pas vraiment perdre du temps à se pomponner : pas de fioriture dans ses vêtements ou sa coiffure. Si bien qu'elle regardait tout ce petit monde s'agiter avec une certaine malice, Konohamaru lui avait dit que Naruto était un type simple et qu'il n'avait pas trop d'attente sur le protocole.



Mais Hiashi ne vouait rien laisser au hasard, la réputation du clan se devait d’être à la hauteur de l'invité. Par contre Hanabi était inquiète pour sa sœur qui semblait être dans un état d’anxiété terrible. Chaque fois qu'elle allait l'observer discrètement, elle la voyait tourner nerveusement dans sa chambre, se recoiffer ou réajuster sa tenue.



Au milieu de l’après-midi tout était enfin prêt pour la venue de l'invité de marque, Hinata et son père attendaient assis dans la pièce principale l'annonce de l'arrivée de Naruto. Le temps passait lentement
et le sixième Hokage n'arrivait toujours pas. Hanabi alla s'installer sur le muret d'enceinte près de la grande porte pour observer l'arrivée de Naruto, mais elle ne vit rien arriver de plus pour autant.



-Hinata, je t'avais dit que tu te faisais des illusions...Ce retard du Hokage en est la preuve, lança Hiashi à sa fille aînée.

-Mais père, Naruto a envoyé sa réponse positive il y a plusieurs jours. Ça n'est pas son genre de ne pas tenir ses promesses.

-Peut-être mais il n'est pas là...comprends une chose ma fille, les devoirs d'un Hokage sont bien plus importants que la romance que tu espères avec lui...


Les paroles de son père heurtaient durement Hinata, mais elle ne pouvait nier que les événements lui donnaient raison. Malgré une tristesse grandissante, Hinata se convainquait de sa venue. Elle le connaissait bien et il ne manquerait pas à sa parole. Une heure de plus passa et toujours pas de Naruto. Agacé par l'attente Hiashi se leva et appela un membre du clan.

-Où est passé Hanabi ? Avez-vous envoyé quelqu'un au bureau du Hokage pour savoir ce qui se passe ?

-Euh oui, Hiashi Sama...répondit l'homme visiblement très mal à l'aise. Hanabi-Sama est partie il y a de cela une heure...bredouilla-t-il.

-Ah bien, c'est encore mieux, ma fille quitte la demeure sans me prévenir. Mais dites-moi, avons nous une information sur la venue du Hokage ou pas... ?

-Hiashi-Sama, c'est justement votre fille qui est partie se renseigner au bureau du Hokage. Je ne peux pas vous en dire plus avant son retour.

-MAITRE HIASHI, hurla un domestique en arrivant en courant...Essoufflé, il eut du mal à dire la suite...Maitre Hiashi, le Hokage et Hanabi-Sama viennent d'arriver à l'instant.

-Naruto kun est là, explosa de joie Hinata en levant les yeux plein de soulagement.

-Hinata, tiens-toi mieux et ne me fais pas honte. Même si ce garçon est un camarade de l’Académie, je te demanderai de le nommer par son nom ou son titre sous notre toit. Respectons l’étiquette, ma fille.

-Oui père, répondit-elle en souriant.

Hiashi et sa fille se rendirent dans l'entrée de la maison pour accueillir le nouvel arrivant. Ils trouvèrent Naruto souriant en train d'enlever ses chaussures. Les voyant arrivés, il se crispa un peu et salua rapidement en inclinant son buste.

-Hyuga-Sama, Hinata-Sama...bafouilla-t-il avec respect.

-Hokage-Sama, c'est un véritable honneur que de vous accueillir sous mon toit, répondit Hiashi.

-Hokage-Sama, merci d’être venu, enchaîna Hinata.

-Hé hé, c'est bien normal, répondit Naruto en souriant.



Les convives passèrent rapidement dans la grande salle pour commencer le repas. L'ambiance était lourde et personne n’osait aborder de véritables sujets. Hiashi ne parlait pas et dégustait lentement et
sereinement les plats que les domestiques apportaient, en observant attentivement sa fille aînée et Naruto. Ce dernier était terriblement nerveux dans ses gestes, des regards furtifs rapides autour de lui, les doigts tapotant sur la table. L'observant avec attention, Hinata n’affichait plus le sourire qu'elle avait eu en le voyant arrivé mais une expression entre inquiétude et étonnement. Au moment du dessert, Hiashi se racla la gorge et interpella Naruto.

-Hokage-Sama, puis-je vous demander la raison de votre venue chez nous pour l'anniversaire de Hinata ? Vous devez avoir conscience que ce n'est pas très coutumier.

-Bein, j'ai juste répondu à l'invitation de Hinata...c'est tout...

-C'est tout ? J'aimerais savoir pourquoi ma fille aînée à trouver bon de vous inviter, vous, pour son anniversaire...Pourriez-vous m'éclairer sur la nature de vos relations entre vous ?

-Mes relations avec Hinata, toussa Naruto qui manqua de s’étrangler en avalant un morceau de dessert. Et bien je...visiblement paniqué, Naruto jeta un coup d’œil sur Hinata qui le regardait le visage fermé.

-Père, puis-je aller faire un tour dans le jardin avec Naruto Kun ? coupa Hinata.

-Si tu veux ma fille et si Naruto-Sama est d'accord, je n'y vois aucune objection.

-Non aucun bien sûr, répondit Naruto après un rapide coup d’œil en direction de Hanabi.

Naruto se leva et sortit dans le jardin avec Hinata qui marchait devant lui. Ils s’approchèrent du bassin, sans qu'un seul mot ne vienne briser le petit bruit régulier d'une tige de bambou creuse tapant régulièrement sur un rocher à mesure qu'elle se remplissait d'eau.

-Naruto-Kun, je voulais te poser une question. Ce n'est pas facile à dire, mais j'aimerais vraiment avoir ta réponse aujourd’hui.

-Ah, si c'est au sujet du cadeau, je suis désolé, je suis arrivé tellement en retard que je l'ai oublié. Mais t’inquiète pas, je te le donnerai demain, c'est promis.

-Non ce n'est pas ça. Ta présence aujourd'hui, chez nous est déjà un magnifique cadeau pour moi, répondit-elle en le fixant avec intensité. Bafouillant légèrement et les joues rosies, Hinata reprit une profonde respiration avant de continuer. Naruto-Kun, je ne suis jamais venue t'en parler à cause des affrontements et des drames que nous avons traversés, sans parler de la présence de Sakura-San.

-Hinata, je sais pas si c'est le bon moment...tenta de l'interrompre Naruto visiblement très nerveux, cherchant quelque chose autour de lui.

-Ne me coupe pas, s'il te plait Naruto Kun. Tu te souviens de ce que je t'ai dit lors de l'affrontement avec Pain. Depuis ce jour, je n'ai pas eu l'occasion de t'en parler de nouveau et toi non plus tu n'es jamais venu aborder le sujet. Comme je te l'ai dit, avec l’enchaînement des événements, je me disais que c’était normal, mais maintenant...

-Euh l'affrontement avec Pain..reprit Naruto un peu perplexe alors que Hinata s'approchait un peu plus de lui.

-Oui, tu te souviens de ce que je t'ai dis avant que tu ne te transformes. J'aimerais que tu me dises aujourd'hui ce que tu ressens à propos de ça. Qu'en penses-tu et pourquoi as-tu attendu si longtemps ?


-Et bien écoutes...Naruto se grattait la tête cherchant visiblement une réponse satisfaisante. C'est vrai tu as raison, j'ai vraiment été nul de ne pas être venu te remercier plus tôt d'avoir risquer ta vie pour moi.

-Je vois, dit-elle très douce et calme en tournant le dos à Naruto. Menteur...usurpateur...

-Pardon ? Qu'est-ce qui te prend Hinata ?

-Sale menteur ! hurla-t-elle en se retournant le byakugan activé et frappant d'un coup vive de la paume la poitrine de Naruto qui sous l'impact recula de quelques pas. Tu n'es pas Naruto-Kun, je m'en doutais depuis le début. Tu n'as pas ses yeux, ni son chakra si chaud.

-Hinata, calme-toi...paniqué Naruto reculait devant une Hinata au regard dur qui s'approchait.

-Qui es-tu ? répéta-t-elle alors qu'arrivait en courant Hanabi et Hiashi.

-Grande sœur, qu'est-ce qui se passe...

-Hinata, tu es devenue folle de frapper notre Hokage, hurla Hiashi.

-Non père, je ne suis pas folle, ce n'est pas Naruto-Kun. Maintenant j'en suis certaine.

-Tu divagues ma pauvre fille, qui oserait prendre l'apparence de notre Hokage pour pénétrer dans notre demeure familiale en pleine journée ?

-Arrêtez, Hiashi-San, Elle a raison, soupira lascivement Naruto avant qu'un nuage de fumée explose autour de lui et ne finisse par se dissiper laissant apparaître Konohamaru.

Les yeux de Hinata, en le voyant, se détendirent et les veines saillantes autour de ses pupilles s’effacèrent. A l'inverse le visage de Hiashi se contracta dans une expression de rage.

-Qui es-tu ? Comment as-tu osé entrer chez nous en te faisant passer pour Naruto-Sama.

-Attendez, calmez-vous...paniqua Konohamaru.

-Père laissez-le ! s'écria Hanabi en s'interposant entre son père et le jeune garçon.

-Hanabi, écarte-toi, je vais rosser ce petit impudent.

-Konohamaru, vas-t-en vite, lui ordonna Hanabi en écartant les bras pour bloquer le passage de son père.

Le jeune homme ne perdit pas de temps en s'enfuyant à toute allure et en sautant par dessus le muret d'enceinte du jardin.

-Pourquoi a-t-il fait ça ? murmura Hinata en finissant par un début de sanglot.

-C'est ma faute grande sœur...

-Comment ça, Hanabi ?s’étonna Hiashi. Explique-toi, comment cela pourrait être ta faute ?

-Quand je suis allée au bureau du Hokage, on m'a informée qu'il était parti du village hier avec son conseiller sans raison apparente. Je ne voulais pas que Hinata soit triste, alors je suis allée voir Konohamaru pour lui demander de prendre l'apparence de Naruto-San. Il est assez doué pour les métamorphoses et comme il connaît assez bien Naruto, j'ai pensé qu'il pourrait se faire passer pour lui.

-Voila, je le savais bien que tu ne pouvais prétendre à un homme comme lui Hinata, je te l'avais dit...soupira Hiashi en croisant les bras.

-Je vous déteste tous, éclata en sanglot Hinata en s'enfuyant vers sa chambre.

-Voila père ! Voila pourquoi j'ai entre autre demandé à Konohamaru de faire croire que Naruto-San serait là ce soir.

-Qu'est-ce que tu dis Hanabi ? Cela n'a pas de sens ma fille.

-Si ! Vous êtes toujours à rabaisser Hinata, elle en souffre. Vous ne vous rendez pas compte que même si elle est moins douée que moi pour le combat, elle possède d'autres qualités. Ce soir, elle rêvait de voir le garçon qu'elle aime pour une fois à ses cotés en votre présence.

-Puéril de sa part de penser qu'un homme comme le fils du quatrième et lui-même sixième Hokage pourrait s’intéresser à une fille aussi médiocre que Hinata. Preuve en est, il n'est pas venu ce soir ! Et je te prierai de me parler sur un autre ton Hanabi.

-Non, je ne suis pas Hinata. Je ne vais pas me taire moi. Qu'importe si Naruto-San est un Hokage aujourd'hui. Hinata l'aime depuis des années, même à l'époque où tout le village le prenait pour un paria et un raté...


-Hanabi, elle s'est entiché de lui car il était comme elle. Qui se ressemblent s'assemblent...Mais aujourd'hui, il est le meilleur d'entre nous et elle est très loin de le valoir. Voila pourquoi il ne
s’intéressera pas à elle. Hanabi je suis peut-être rude mais c'est pour lui éviter des désillusions.

-Laissez-la donc vivre simplement.

-Il n'en est pas question. Hinata est ma fille comme toi et je ne veux pas la perdre juste à cause d'un rêve futile d'amourette.

-Père, vous n'avez pas toujours eu peur de la perdre ou de lui faire vivre des désillusions. Serait-ce la perte de Neji qui vous a fait prendre conscience de l'importance de Hinata pour vous...

Hanabi eut à peine fini sa phrase qu'elle reçu une violente gifle de son père.

-Hanabi, je t'interdis de me parler sur ce ton ! File immédiatement dans ta chambre, hurla-t-il en contenant visiblement sa colère.

-Je vous déteste, cria Hanabi en laissant quelques larmes coulées de ses yeux. Ce n'est pas parce que ma sœur n'est pas le fils talentueux que vous rêviez d'avoir qu'il faut la traiter ainsi.

-Silence ! Respecte la mémoire de Neji et file dans ta chambre, répéta-t-il en serrant les poings de rage.

-Neji est mort, il est mort, père ! Pour sauver Naruto, pour sauver Hinata ! Comprenez son geste et respectez-le...



Sur cette dernière tirade, Hanabi s'enfuit à son tour en sautant par dessus le muret. Hiashi, surpris par la réaction violente de sa benjamine, resta seul au milieu du jardin. Il sentit soudain le poids des ans pesé sur ses épaules comme jamais. Une profonde vacuité s'installa au fond de lui, comme si on venait de lui ôter toute force.




Konohamaru restait immobile sur un toit du village, totalement écœuré d'avoir échoué. Du haut de ce toit et dans la nuit d'hiver naissante, il lançait des cailloux dans la rivière en contre bas. Il entendit des
bruits de pas derrière lui. Se retournant, il aperçut Hanabi s'approcher.


-Ça va, laisse-moi. J'ai déjà assez honte d'avoir tout fait foiré, pas la peine de venir m'insulter ou m'humilier un peu plus. Je suis désolé mais ta sœur est très perspicace et en plus je ne savais pas de quoi elle me parlait. Désolé voilà !

-Non, c'est pas ta faute, murmura-t-elle d'une petite voix en s'asseyant à côté de lui.

-Hein ! Konohamaru n'en croyait pas ses oreilles, ni sarcasme, ni remontrance de Hanabi. Il la regarda et vit la rougeur aux coins de ses grandes pupilles nacrées.

-C'est moi qui m'excuse, je n'aurai jamais dû te demander un truc pareil. J'ai vraiment été idiote. Maintenant ma sœur est encore plus triste, elle pleure dans sa chambre et ne veut voir personne...Et je me suis fâchée avec mon père.

-Ah mince, j'aurai du mieux assuré.

-Non, tu as été formidable au contraire. C'est juste moi qui t'en ai demandé trop. C'est à moi de m'excuser de t'avoir demander un truc pareil.

-Wahou, tu dois vraiment être mal pour t'excuser et me complimenter, répliqua-t-il un peu narquois.

-T'es vraiment qu'un idiot lui, lança-t-elle en contenant un sanglot dans un reniflement discret.

-Ah, je préfère cette Hanabi là. Il comprit qu'elle n’était vraiment pas bien et ne mit pas de ton sarcastique dans sa voix. Si tu veux parler, je t’écoute.

-Non, j'ai pas envi de parler. Je veux juste ne pas être seule. Elle laissa son buste s'incliner sur le côté posant sa tête sur l’épaule de Konohamaru qui resta figé par la surprise.

Il vit qu'elle retenait ses larmes de son mieux, mais laissait transparaître quelques petits sanglots. Il ne savait ni quoi dire ni quoi faire, il resta donc sans bouger ainsi en écoutant cette fille si forte sangloter, la tête sur son épaule.


A des kilomètres de là, Naruto fixait Shikamaru qui le retenait lui et son clone dans la chambre de l'auberge.


-Shikamaru...je t'ordonne de me lâcher.

-Il n'en est pas question Naruto. Demain nous allons devoir défendre ton idée de la paix, ta vision du monde des ninja avec les autres Kage. Tu dois être présent.



-Tu comptes m’empêcher par la force...Tu sais que si j'utilise le chakra de Kurama, tu ne tiendras pas longtemps.

-Je compte bien te raisonner avant et dans le cas contraire, j'utiliserai un moyen plus radicale. Je ne plaisante pas Naruto.

-Sais-tu au moins où je vais et pourquoi, bon sang, c'est pas pour m'amuser.

-Tu veux rejoindre Hinata, car tu veux aller à son anniversaire.

-Toujours aussi malin. Puisque tu le sais, laisse-moi y aller. Je dois la voir.

-Naruto, reprend-toi, on parle de la paix dans le monde et toi tu n'penses qu'à ta petite amie.

-Elle n'est pas ma petite amie...C'est plus que ça, je vais la décevoir alors qu'elle a toujours été à mes côtés dans les moments difficiles. Elle m'a remonté le moral quand je doutais de moi lors du tournoi des
chunins, elle m'a sauvé quand Pain m'avait vaincu physiquement et moralement et pour finir m'a remis dans le droit chemin à la mort de Neji. Quel genre d'ami et de Hokage serais-je en la laissant seule alors
que je lui ai promis d’être là.



-Naruto reviens à toi. Hinata sera là à ton retour à Konoha. Les kage, eux, ne t'attendront pas. Il y a des priorités dans la vie.



-Shikamaru j'ai pris ma décision, n’essaie pas de m'en empêcher. Tu pourras parler à ma place aux Kage.



-Naruto, non c'est ton projet, c'est toi le Hokage. C'est à toi de le défendre, je ne suis qu'un conseiller, je ne peux en être l'avatar.

-Qu'est-ce que vous faites les garçons ? Questionna Temari en entrant dans la chambre. Shikamaru, pourquoi fais-tu une manipulation des ombres sur Naruto ?

-Temari, ce crétin veut quitter la réunion pour aller voir sa douce.

-Naruto, c'est vrai ?

-Non je veux juste aller voir Hinata. Shikamaru ne comprend pas mes raisons.

-Si, je comprends que tu fais passer ton désir personnel avant l’intérêt du village et du monde. Temari, aide-moi à le raisonner.

-Temari, essai de comprendre. Je dois aller la voir, je lui ai promis. Je serais de retour demain matin, je vous le jure. Bon sang, soyez sympa.

-Naruto, j'ai qu'une question. Est-ce que tu penses que l'avenir de ton village est plus important que celui du lien que tu as avec Hinata.

-Temari...Je sais pas trop comment te répondre... Disons que je n'imagine pas l'avenir du village sans celui de Hinata. C'est pas clair, je sais.

-Si c'est très clair, sourit-elle.

Elle prit dans son dos son éventail et d'un léger mouvement propulsa un souffle d'air suffisant pour faire tomber Shikamaru à la renverse. Naruto s'entoura du chakra doré de Kurama et sauta par la fenêtre en
criant :

-Merci Temari, je te le revaudrai !


Portraitiste en Herbe à votre service sur SibyLand-A votre Image
Drielack legend le manga : sur mon blog
                                        sur Amilova
Retrouvez mes news sur Ma Page Face Book
avatar
Siby Ogawa
Chobin
Chobin


http://www.siby-ogawa.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par clarissa le Mar 4 Juin - 8:48

super le livre vous avez du mettre longtemps pour le mettre sur le site chapeau


Listen
avatar
clarissa
Arale
Arale


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Siby Ogawa le Mer 5 Juin - 6:36

Oui, surtout pour vérifier la mise en page et s'il ne reste pas encore quelques coquilles.



Chapitre 14 : Ça te barbera !

En se relevant, Shikamaru regarda Temari, furieux et désorienté. Un simple coup d’œil par la fenêtre lui fit comprendre que le minuscule point brillant s’éloignant dans la nuit , n’était autre que Naruto déjà loin. Un sourire aux lèvres, Temari replaça son éventail.

-Mais qu'est-ce qui t'a pris ? Tu es devenue folle. A cause de toi, Naruto ne sera pas présent demain pour parlementer avec les autres.

-Ce que je fais est parfaitement censé et toi qui est si brillant, tu devrais le comprendre. Malheureusement tu n'es doué qu'avec la logique et non avec l'analyse des émotions.

-Ah mais quelle barbe ! Ça n'a pas de sens, les kages sont tous des chefs de villages expérimentés, l’émotivité n'est pas à prendre en considération pour ce genre de négociation. Je viens de perdre le symbole de l'espoir d'une paix durable. Celui qui est le seul à pouvoir incarner ce projet et toi tu me parles d'émotions. Je ne comprendrai jamais la logique des femmes.

-Crétin ! Cesse de parler des femmes comme si nous étions différentes de vous. Ce n'est pas toi, qui me disait il y a peu que ton défunt maître t'avait confié la protection de son roi, qui n’était autre que son enfant ?

-Mais quel rapport avec Naruto et son projet ?

-Calme-toi, tu perds toutes tes capacités d'analyse. Sans parler que ta logique occulte ton manque d’empathie sentimentale. Si toi tu as un roi à protéger, tu devrais comprendre alors la plupart des actions d'une femme. Nous avons toutes en nous, le désir de protéger nos rois.

-Bien sûr que je le comprend alors explique-moi ton geste...Tu viens de permettre à l’emblème de la paix pour tous vos rois de fuir son destin sur un coup de tête, s’écria Shikamaru en pointant la fenêtre.

-N'as-tu pas entendu ma question et la réponse de Naruto ? Mon frère et lui sont des hôtes, ils ont été faits armes et rejetés pour ce qu'ils étaient. Aujourd'hui ils ne pensent qu'à la paix et la défense de ceux qui les rejetaient. Ne crois pas que ce sentiment sera éternel chez eux, ce sont des êtres humains faillibles. Malgré toute l'envie de Naruto ou mon frère de protéger les villageois, ils n'en restent pas moins des individus anonymes.

-Qu'est-ce que tu insinues, que Naruto ne protégera pas toujours les villageois car ils ne sont pas proches de lui ? Naruto plus que quiconque comprend le devoir qu'il a de veiller sur les habitants de son village.

-Évidement ! s’exclama Temari en levant les yeux au ciel. Finalement ton intelligence n'a pas émoussé ta naïveté, il te manque encore un peu de maturité. Quelque soit le sens du devoir d'un Kage, il sera toujours plus fort s'il est lui aussi concerné. Votre quatrième s'est sacrifié pour son village, mais aussi parce qu'il y avait un fils, votre troisième y avait sa famille. Gaara protège Suna, mais aussi Kankuro et moi qui sommes sa famille. Naruto, lui, que protège-t-il ?

-Ses amis ! Nous sommes sa famille.

-Pfff que tu es idéaliste finalement sous tes airs de garçon blasé. Que lui restera-t-il quand ses amis s'éloigneront de lui ?

-Les villageois...répondit Shikamaru commençant à voir où Temari voulait en venir. Tu penses qu'il pourrait perdre sa motivation envers eux, si ce n'est que par sentiment de devoir qu'il doit les protéger.

-Ça y est tu commences à comprendre. Crois-tu que Gaara n'a pas conscience que les villageois qui le rejetaient il y a peu, l'adulent aujourd'hui simplement par intérêt ? Mon frère a bien perçu que l’âme humaine est une girouette qui change au gré du vent de la destinée. On haïssait Gaara par peur, on l'adule non par affection, mais parce qu'il protège. Cela peut te paraître sûrement aigri, mais le sentiment d'affection des villageois envers mon frère n'est rien de plus que de l’égoïsme. Ils aiment plus le titre et la fonction que la personne. Si Gaara a perçu cela, il en sera un jour de même pour Naruto.

-Je ne pense pas, Naruto aime son village et ses habitants. Il est prêt à se sacrifier pour eux et sans contrepartie...je pense.

-Possible aujourd'hui, mais avec le temps, sera-t-il toujours aussi prompt à ce don de soi sans contrepartie ? C'est un homme ni plus, ni moins et un jour la lassitude de la solitude lui pèsera.
-Bon, Naruto n'est pas un saint. C'est très clair, mais quel rapport avec son départ ?

-Le rapport c'est toi qui me l'a fait comprendre. Plusieurs fois tu m'as dit que Naruto semblait las et terne, ces derniers temps. Ton ami souffre de solitude, il n'a personne dans sa vie. Les devoirs de Kage et son projet de paix le dévorent. Pour un garçon de son âge si désinvolte, ce type de changement brutal de vie n'est pas sans conséquence. Pas de famille, plus de maître, son ami et motivation principale est certes revenu dans le droit chemin mais a quitté le village une nouvelle fois, accompagné par Sakura. Naruto n'a pas d'avenir devant lui si ce n'est le terne devoir d'un Hokage.

-Et tu penses que ?

-Naruto a besoin d'un espoir, il a besoin d'un rayon de lumière dans sa vie. Sa réponse était clair, il n'envisage pas l'avenir de son village sans cette fille. Si Naruto a l'espoir d'avoir un jour son roi à protéger, ses enfants et sa famille, alors ses motivations pour son projet de paix en seront transcendées. Ce n'est d'ailleurs pas valable que pour Naruto, il n'est pas le seul à manquer de motivation parfois !

-La barbe, on parle pas de moi en ce moment. Ton analyse semble juste, mais il n’empêche que je devais préparer Naruto pour demain matin. Même s'il revient, les autres Kages vont aisément le manipuler.

-Hmmm hmmm, je suis là moi.

Temari et Shikamaru se tournèrent vers le clone qui venait de se racler la gorge. Arborant un grand sourire, il les regardait à tour de rôle. Fronçant un sourcil, Shikamaru agita la tête par dépit.

-Et alors, qu'est-ce que je peux faire d'un clone ? Moi, c'est du vrai Naruto que j'ai besoin, pas d'une copie.

-Pfff, je n'suis peut-être qu'une copie, mais je n'suis pas inutile. Le Clone vexé croisa les bras en levant la tête vers le haut, dans une moue de dédain.

-Il est encore plus susceptible que l'original. Me voilà, bien, un clone arrogant, une femme sentencieuse et un Kage fugueur...Quelle barbe, pfff... Bon vas-y, explique-nous comment tu peux nous être utile. Les yeux levés vers le ciel, Shikamaru jouait la comédie pour satisfaire l'ego de l'ombre de Naruto, mais intérieurement il pensait « vas-y cause toujours ».

-Tout ce que j'apprendrai cette nuit, l'original l'assimilera dès que je serai dissipé. C'est l'une des caractéristiques des clones d'ombre. Alors ça te la coupe, hein l'intello ?

Temari cacha sa bouche avec sa main pour étouffer un rire. Shikamaru, l'entendant, tourna la tête pour lui jeter un regard noir. Il finit par sourire en relâchant ses épaules.

-Finalement, tout n'est pas perdu. Je n'ai plus qu'à te préparer le clone et espérer le retour de l'original pour demain. Accroche-toi, je vais pas te ménager.

-Yosh ! s’écria le clone en remontant ses manches.

Pendant ce temps, Naruto filait à très vive allure en utilisant le chakra de Kurama pour augmenter au maximum sa vitesse de déplacement. Il fallait faire vite pour pouvoir parcourir la distance aller et retour en une nuit. Tout en se déplaçant, Naruto pensait à ce qu'il venait de faire, des conséquences de sa décision et ses projets pour réussir la paix tant espérée par Jiraya et Nagato. L'idée de tenir sa promesse envers Hinata semblait clarifier ces idées. Une impression de légèreté dans l’âme qu'il n'avait pas ressenti depuis ses années d’étude aux côtés de Kakashi, Sakura et Sasuke l'envahissait de nouveau. En trois heures il arriva à boucler la distance.

Sans attendre, il passa les portes de Konoha et courut en direction de la demeure de Hinata. S'attendant à trouver les portes fermées, il s’arrêta net face à Hiashi qui se tenait immobile devant l'entrée. Les deux hommes se regardèrent un instant, semblant se jauger comme lors de ce petit temps d'observation entre deux combattants avant l'affrontement. Naruto ne comprenait pas ce que faisait le père de Hinata et leader de ce clan dehors à une heure si tardive et les pupilles activées. De son côté Hiashi plissa les paupières, le visage suspicieux.

-Je te préviens, espèce de garnement, que si tu reviens te moquer encore de ma fille, cela ne se finira pas aussi bien que tout à l'heure.

-Hiashi-San, je vous demande pardon ?

-Konohamara...ou maru je sais plus comment Hanabi t'appelait. J'ai été clément tout à l’heure suite à la demande de ma fille, mais là tu tentes un peu trop le diable.

-Eh, calmez-vous, bon sang. Je ne suis pas Konohamaru, je suis Naruto Uzumaki. Je suis le Hokage.

-Qu'est-ce qui me le prouve ? Tout à l’heure aussi tu t'es fait passer pour Naruto avec la même rengaine.

-Bon sang, qu'est-ce que Konohamaru a encore fait comme bêtise ! Voilà Hiashi-San qui devrait vous prouver ma bonne foi. Naruto s'enveloppa rapidement du chakra or de Kyubi. Voilà, je suis le seul au monde à posséder ce chakra, bon sang.

-Oh. Pardonnez-ma méprise Hokage-Sama. C'est que plus tôt dans la soirée, un jeune homme s'est fait passer pour vous.

Hiashi s'inclina respectueusement en s'excusant mainte fois, expliquant les événements dont Konohamaru s’était rendu coupable. Naruto tenta de minimiser les actions de son jeune rival, expliquant à Hiashi qu'il s'agissait avant tout d'un acte de jeune garçon voulant sûrement bien faire.

-Mais je manque à tous mes devoirs Hokage-Sama, entrez je vous prie, ne restons pas dehors. Prendrez-vous un thé ?

-C'est que je suis relativement pressé Hiashi-San, je dois retourner très vite au pays du fer. J'ai une réunion importante avec les Kages des autres nations demain matin.

-Vous voulez dire que vous venez du pays du fer ?

-Oui je suis parti à la tombée de la nuit.

-Vous avez fait tout ce chemin pour...

-Pour venir à l'anniversaire de Hinata, je lui ai promis, bafouilla Naruto un peu gêné.

-Je vois, marmonna Hiashi le visage songeur.

-Et vous Hiashi-San que faisiez-vous dehors à cette heure ? On aurait dit que vous attendiez quelqu'un.

-Je scrutais le retour de ma fille cadette. Elle est partie très en colère de la maison tout à l'heure, cela ne lui ressemble pas. Je suis assez inquiet.

-J'en suis désolé. Pourrais-je voir rapidement Hinata ? J'ai un cadeau pour elle. Ne vous inquiétez pas, je ne serai pas long.

-Suivez-moi, dit Hiashi en le guidant vers la chambre de sa fille. Néanmoins je vous préviens, Hinata s'est enfermée dans sa chambre et refuse de voir quiconque. Elle a pleuré une grande partie de la soirée, je ne sais pas si elle voudra vous voir.

-Merde, bon sang. C'est ma faute, j'aurai dû la prévenir. Quel idiot, je pensais pouvoir arriver à temps. Je suis vraiment trop bête.

-Voilà c'est sa chambre, dit Hiashi en restant sur le côté de la cloison. Hinata, le Hokage est là, il est venu pour te voir. Les paroles de Hiashi restèrent sans réponse. Hinata, écoute je sais que tu ne veux voir personne, mais c'est le Hokage tout de même, montre-lui le respect qui lui est dû.

-Ça va, elle a le droit d’être déçue par mon attitude. Hinata, c'est moi Naruto, je peux te parler un moment, je sais que j'ai pas honoré ma promesse. Mais laisse-moi t'expliquer s'il te plaît.

Sans réponse, Hiashi ouvrit la cloison prêt à sermonner sa fille. Il n'en fit rien en la voyant effondrée face sur son lit. S'approchant d'elle à pas de loup, il vit qu'elle s’était endormie sûrement épuisée par les larmes.

-Ne la réveiller pas, murmura Naruto.

-Mais vous...enfin un si long voyage et sans pouvoir lui parler. Qu'est-ce qui vous prend, cela n'a pas de sens Hokage-Sama. Il est du devoir d'une kunoichi de respecter son kage.

-Naruuutoooo, fait taire ce type, ou je m'en charge, gronda Kurama.

-Kurama, qu'est-ce qui te prend ?

-Naruto, tu es le Hokage fait un peu valoir ton autorité. Cesse donc te de faire marcher sur les pieds.

-NON ! lança fermement Naruto à l'intention de Hiashi.

-Je vous demande pardon ?

-J'ai dit, laissez-la se reposer. Je suis responsable de sa tristesse et de sa fatigue et j'ai décidé de la laisser se reposer.

-Écoutez je suis son père et je...

-Et moi je suis votre Kage, Hiashi-San. Laissez Hinata se reposer.

Hiashi se retourna et sortit de la chambre. Il se tourna et fixa durement Naruto. Ce dernier ne détourna pas le regard et croisa les bras dans une attitude légèrement hautaine.

-Si vous n’étiez pas le Kage...

-Il se trouve que je le suis !

Hiashi laissa un sourire étrange passer sur son visage. Puis invita Naruto à le suivre dans la salle principale.

-Naruto-San, ce soir je viens de comprendre que la nouvelle génération prend la relève. Hanabi m'a tenu tête, vous-même venez de faire valoir votre position de Kage. Je me sens soudainement vieux.

-Hiashi-San, ce n’était pas mon intention.

-Pas d'excuse, je ne dis pas cela par dépit. C'est un constat, c'est la roue de la vie qui tourne. A ce propos, votre venue a encore un peu plus ébranlé mes convictions.

-Ah bon ?

-J'ai besoin à ce sujet de savoir, pourquoi le chef de notre village a fait un si long chemin pour simplement voir ma fille aînée.

-Et bien c'est que...bon sang ! Naruto se frottait les cheveux, visiblement très mal à l'aise.

-Je vois ! soupira Hiashi. Décidément la soirée ne m'aura pas ménagé en surprise. Je comprends ce que Hanabi a voulu dire à propos du sacrifice de Neji. Si je peux vous aider d'une quelconque façon Hokage-Sama ?

-Oui, s'il-vous-plaît. Remettez à Hinata ce cadeau de ma part, en lui expliquant que je suis désolé de n'avoir pas pu le lui donner en personne. Naruto tendit un petit paquet à Hiashi.

-Ce sera fait. Mais qu'est-ce donc ?

-Oh juste un petit bijoux. C'est un collier et un pendentif en forme de soleil, c'est par rapport à la signification de son prénom. J'ai eu du mal à trouver quelque chose, bon sang, mais j’espère que ça lui plaira.

-C'est parfait, je pense.

-Hiashi-San, si vous n'y voyez pas d’inconvénient, il me faut repartir le plus vite possible.

Au petit jour, Shikamaru, les yeux cernés et s’étirant devant le clone de Naruto, regardait un peu nerveux par la fenêtre.

-Voilà, il n'y a plus qu'à attendre son retour maintenant.

Au même moment, Naruto apparut dans son chakra doré au milieu de la chambre. Il regarda Shikamaru qui s’étirait assis sur le sol devant le clone qui baillait. Il aperçut Temari dormant sur ce qui aurait dû être son lit.

-Hey vous avez passé la nuit dans la même chambre, ria-t-il en dissipant son aura.

-Fait le malin ! C'est pas moi qui ait failli tout plaqué pour ma petite amie. Alors, tu as pu faire ce que tu voulais ? Tu te sens d'attaque pour les pour-parlés ?

-Je suis prêt ! Allons-y, je vais leur montrer ma détermination ! Hiashi-San a raison, place aux jeunes.

Une heure plus tard, les cinq Kages étaient de nouveau ensemble dans une pièce réservée de l'auberge. Ce fut le vieux Tsuchikage qui se mit à parler contrairement à la veille. Il parlait sans agressivité ou nervosité.

-Hokage, nous avons parlé pendant la nuit. Et nous sommes d'accord sur le fait de vous avoir traité avec trop peu de respect hier. Aujourd'hui que les tensions sont retombées, nous aimerions parler de votre idée pour une paix durable. Vous savez les gens de notre génération ne sont pas forcement très prompt aux idées révolutionnaire, alors prenez le temps de nous expliquer.

-Shikamaru, tu as vu comme il est calme. Rien à voir avec le Raikage, qui ne dit plus un mot. Qu'en penses-tu, murmura Naruto à l'oreille de son ami.

-Méfie-toi, c'est une manœuvre pour nous endormir et nous détournez de leur véritable ambition. Ne te laisse pas berner par son faux calme. Reste ferme mais courtois.

-Bien, alors voici mon projet pour maintenir notre monde en paix...


Chapitre 15 : Paix aux hommes de bonne volonté



Naruto se sentait en confiance, même face aux trois Kages qui le fixaient attendant l'explication sur son projet de paix pour tous. Il se redressa, prêt à parler, et au moment de se lancer, il sentit comme une présence près de lui. Il lui semblait que Jiraya se trouvait à ses cotés entre lui et Shikamaru.

-Alors jeune Hokage, nous attendons , soupira le Tsuchikage.

-Excuse- moi, je pensais à quelqu'un. Je sais que je suis moins intelligent que la plupart d'entre vous. Mais plusieurs hommes que j'ai côtoyés ou affrontés m'ont laissé une tâche à accomplir. Ils m'ont confié la tâche de trouver une solution pour briser le cercle infernal de la haine. Au cours de mes affrontements, je n'ai pas trouvé de solution idéale.
-Dans ce cas, à quoi rime cette alliance avec Suna, intervint le Raikage.

-J'ai proposé une solution que la dernière guerre m'a inspiré à Gaara. Il partage mon idée, notre alliance est simplement la conséquence de cette idée. L'un de mes adversaires en est venu à créer l'Akatsuki car son petit village souffrait constamment des conflits entre les grandes nations. Pendant que les puissantes nations s'affrontent pour du pouvoir, les faibles eux subissent la mort et la détresse. Nous sommes les grandes nations ninjas, il est de notre devoir d'assurer la paix pour les petites nations. Nous en avons le pouvoir, nos forces militaires sont les seules qui peuvent maintenir une paix durable.

-Nos forces militaires respectives ne sont là que pour défendre nos pays, pas ceux des autres. Votre vision est faussée jeune Hokage. Chaque armée que nous cinq dirigeons a pour but d'assoir la force de nos pays respectifs, ce sont à la fois des forces offensives mais aussi et surtout des forces de dissuasion pour ceux qui voudraient s'en prendre à nos nations respectives. Nos forces sont aussi des outils de paix pour leur nation.

-Je sais...c'est la raison pour laquelle des hôtes existent, je suis bien placé pour le savoir, tout comme Gaara. Mais il vient toujours un moment où ces forces de dissuasions sont utilisés pour accroitre le pouvoir d'une des nations. C'est alors un nouveau cycle de guerre qui engendre la haine pour des générations qui voudront ensuite se venger encore et encore. Cela n'a pas de fin. Je propose donc la création d'une force commune aux cinq nations, une armée dont le seul but serait de prévenir tous risque de conflit.

-Une armée est un outil qu'il soit de paix ou de conflit. Si une telle force venait à être créée qui la dirigerait ? Je m'interroge jeune Hokage. Une telle puissance pourrait menacer chacune de nos nations.

-Mais non, puisque cette armée serait composée de membres des cinq nations. Aucune de nos nations ne pourraient la retourner contre l'une d'elle.

-Foutaise, s’écria le Raikage. Dans le cas d'un conflit comme le dernier, une telle alliance a pu voir le jour car nous avions un ennemi commun. Mais dans le cas d'un conflit entre deux des cinq nations, une telle armée serait rapidement soit sujette à l'anarchie interne, soit le jouet d'un des belligérants...C'est grotesque.

-Hokage, intervint le Mizukage, votre idée est utopique, car qui aurait la légitimité de commander une telle armée ?

-Les amis ! Le conseil des cinq Kages serait évidement le leader de ce groupe. La majorité déciderait des interventions ou non de ce groupe de paix. Simple non ? Il suffira que chaque nation fournissent des ninjas pour cette force de paix et le tour sera joué.

-Hmmm. Le Tsuchikage se frottait le menton en écoutant.

-C'est hors de question que les forces de mon village soient amoindries pour créer une puissance militaire qui pourrait se retourner contre moi, juste par jeu d’alliance politique, ronfla le Raikage.

-Hokage, ce que vient de dire le Raikage est très juste. Chaque ninja fourni à cette organisation sera une perte pour sa nation au dépend d'une force politiquement manipulable par simplement trois cinquième des autres nations.

Naruto fixa le Mizukage avec un air d’incompréhension. Shikamaru se mordit la lèvre, comprenant que Naruto commençait à être dépassé par ses adversaires.

-Et bien, dans ce cas, laissez le libre choix a vos ninjas de choisir de venir librement dans cette armée. S'ils souhaitent continuer de ne défendre que leur nation, alors libre à eux. Mais dans le cas où ils préfèreraient voir plus grand et utiliser leur ninjutsu pour la défense de la paix entre les nations alors laissez-leur le choix.

-Et si nous refusons ? gronda le Raikage.

-Si vous refusez...Naruto le fixa. Si vous refusez, sa voix changea d'intonation et ses pupilles se fendirent verticalement. SI VOUS REFUSEZ JE VOUS ANEANTIRAI. La voix de Kurama surprit tout le monde.

-Voilà, vos belles paroles ne finissent qu'en menace. Vous voulez la paix mais l'imposer sous votre puissance militaire. Hors de question d'accepter pareil chantage ! répliqua le Raikage, en frappant son unique poing sur la table. Si vous pensez que ma nation va se plier aux menaces d'un gamin comme vous...

-Le gamin, il a avec lui la puissance de Kyubi ! Et si je devais utiliser la force pour vous faire accepter de créer une force de paix, je ne le ferais certes pas avec plaisir. Mais après tout, n'est-ce pas vous qui m'avez dit qu'un shinobi ne respectait que la force et qu'il ne faisait pas de compromis ? Voyez comme j'apprends vite. Le regard sombre et dur, Naruto fixait son homologue. Imaginez que je déchaine contre votre village tous mes ninjas investis du chakra de Kyubi comme lors de la bataille contre Juubi. Alors respecteriez-vous cette force ? N'est-ce pas votre façon de voir les choses ?

-J'ai moi aussi un atout, j'ai Bee avec moi.

-Bee est un ami mais s'il le fallait j'utiliserai alors l'un de mes amis. Imaginez la puissance du dernier détenteur d'un mangekyo sharingan renforcé par le chakra de Kyubi.

Le Raikage serrait son poing et son visage tremblait de rage. Intérieurement, il savait qu’après les pertes de la guerre, Naruto possédait effectivement une puissance militaire bien supérieure à la sienne. Il craignait aussi de se retrouver isolé. Suna et Konoha contre Sumo, l'affrontement serait inégal. Son intuition lui disait que Kiri et Iwa resteraient sûrement neutre laissant les trois nations se déchirer. Il se calma et se tut.

-Jeune Hokage, vous êtes un redoutable politique sous vos airs de garnement fougueux, rit le Tsuchikage. J'accepte votre idée mais à deux conditions.

-Ah ! répondit surpris Naruto de la facilité avec laquelle Ônoki semblait accepter sa proposition.

-Votre idée d'armée me convient. Mais pour éviter qu'elle ne devienne une force contrôlée par des jeux d'alliance politique et ainsi permettre de renforcer un groupe de nation au détriment d'une autre, je souhaite que chacun des Kage qui formera le conseil exécutif de cette force ait un droit de véto.

-Un quoi ?

-Naruto, le Tsuchikage parle d'un droit de blocage. Il suffirait qu'un seul des Kages s'opposent à une action de la force de paix pour qu'elle ne puisse être réalisée, lui murmura Shikamaru à l'oreille.

-Ma seconde condition est que cette force ne puisse intervenir dans les problèmes internes de chaque nation. Sinon il y aurait un risque d'ingérence dans nos affaires nationales. Vous me comprenez jeune hokage. Alors êtes-vous d'accord ?

-Et bien. Naruto regarda un instant Gaara qui lui fit un signe d'approbation de la tête. Il se tourna vers Shikamaru, mais ne le vit qu'en position de concentration intellectuelle. Totalement absorbé dans ses réflexions, ce dernier ne vit pas que Naruto le fixait pour avoir son opinion. Sans attendre l'avis de Shikamaru, il se leva. Parfait je suis d'accord. Donc nous créerons une force militaire composée de ninjas volontaires de tous les villages. Cette force sera dirigée par le conseil des cinq Kages. Le kazekage et moi avons trouvé une idée de site entre Suna et Konoha pour établir les structures pour cette armée, ainsi qu'un nom. Nous avons pensé l'appeler la Société des Ninjas.
Après une rapide discussion de quelques modalités et les usages protocolaires, deux groupes partirent de l'auberge, celui formé par Gaara et Naruto et l'autre pas les trois autres Kages.
Gaara et Naruto marchaient en tête en parlant d'un ton plein d'espoir, suivis de Kankuro et Temari. Cette dernière ne cessait de se tourner pour voir Shikamaru qui trainait derrière l'air absent. Elle s'approcha de lui et vint marcher à sa hauteur.

-Alors on se sent fatigué par une simple nuit blanche ?

-Non, pas du tout. Je suis simplement songeur.

-Qu'est-ce qui te tourmente ? Le projet est adopté, les nations vont avoir enfin un frein à leur folie guerrière. Les petits villages pourront compter sur une force de défense. C’était bien votre idée, n'est-ce pas ?

-Évidement, mais je sens qu'il y a quelque chose de pas net. La facilité avec laquelle le vieux Tsuchikage a accepté et les deux autres qui ne se sont pas opposés, je crains que mon expérience limité en politique ne m'ait pas permis de voir les failles de notre proposition.

-Hey Shikamaru, ne t'en fait pas trop. On a réussi c'est tout ce qui compte, nous allons pouvoir maintenant commencer sa création. Finalement j'ai trouvé un début de réponse à la solution de Nagato, une armée de dissuasion mais basé sur la négociation et non la terreur. N'en parlons plus. Naruto regarda Temari et Shikamaru marchant côte à côte. Shikamaru j'ai une mission à te donner.

-Hein, là maintenant ? On vient juste de finir une négociation. Encore une mission, la barbe tu crois pas que tu m'a assez fatigué la nuit dernière ?

-Allez fais pas le difficile. Je te demande juste de suivre Gaara à Suna. Je te donne deux semaines pour mettre au point à Suna, tous les accords pour la mise en plan de tout ça.

-QUOI, non mais ça va pas, dans trois jours c'est le nouvel an. Je vais pas quitter Konoha. En plus ce sera la fête à Suna, j'aurai du mal à trouver une chambre de libre.

-Boah je suis sûr que tu trouveras hébergement dans la famille du Kazekage. N'est-ce pas Gaara, sourit Naruto en lançant un clin d’œil à Temari.

Non loin d'eux, l'autre groupe s'en allait dans une direction différente. Le Raikage vitupérait contre Ônoki.

-Vous nous aviez promis un arrangement qui nous favoriserait. J'ai accepté et je me suis finalement rangé à votre décision. Mais vous n'avez fait qu'accepter la solution utopique de ce fou de Naruto.

-Hin, hin, hin. Vous n’êtes pas plus perspicace que ce jeune idéaliste. Si vous réfléchissiez aussi vite que vous vous battez, je serais intellectuellement dépassé mais vous en êtes loin encore. Tsunade s'est sacrifié pour nous permettre de vivre et finalement c'est un bon choix car elle était moins manipulable que ces jeunes.

-Expliquez-vous au lieu de me manquez de respect vieil homme.

-Raikage, les conditions que je viens de faire ajouter vont rendre cette force totalement inutile en tout cas sans conséquence pour nos grandes nations. Le droit de véto nous permettra de conserver cette force loin de nos intérêts. En plus Konoha et Suna vont s'épuiser à maintenir cette force active, alors que nos nations n'auront aucune obligation à s'en occuper. Je viens de museler le méchant renard et il n'y a vu que du feu. Contrairement à vous qui avez failli réveiller la bête.

Les jours passèrent et la veille du nouvel an arriva à Konoha. Comme chaque année, la fête s'installa dans les rues du village, plein de petits stands de jeux, vente de nourriture, de masques, arbres pour attacher des papiers de vœux. Ce soir là, Naruto sortit de son bureau plus tôt que prévu et rentra chez lui. Il n'avait pas envi d'aller se promener dans la fête. Il y avait un manque. Habituellement il y allait avec des amis, ou l'un de ses maitres. En sortant de la battisse centrale, il s’étira, enroula son écharpe autour du cou en ressentant le froid de la nuit tombante, mit ses mains dans les poches et s’apprêta à partir quand une petite voix l'interpella.

-Bonsoir, Naruto-Kun.

-Bonsoir Hinata ! sourit-il en se tournant vers Hinata qui l'attendait visiblement. Elle était vêtu d'un yukata aux couleurs de son clan.

-Naruto-Kun, je voulais te voir pour te remercier.

-Me remercier de quoi ? Tu devrais plutôt m'en vouloir de ne pas être venu comme je te l'avais promis. Un sourire crispé aux lèvres, il se tenait devant elle en se frottant l’arrière de la tête de sa main droite.

-Non, tu n'as pas à le faire Naruto-Kun. Mon père m'a donné ton cadeau le lendemain matin et m'a tout expliqué. Je suis vraiment très touchée par ce que tu as fait et par ton pendentif.
Ils restèrent tous les deux silencieux face à face un moment à se regarder dans les yeux.

-Hinata, ca te dirait de te promener avec moi à la fête ?

-Quoi, tous les deux...

-Oui, j'aimerais bien.

-Volontiers, Naruto-Kun.

Ils partirent tous les deux dans les rues du village. Passant d'une boutique à l'autre, ils participèrent à de nombreux jeux. Hinata insista pour tenter d'attraper des poissons avec une petite lentille de papier. Debout derrière elle, Naruto la regardait accroupie au dessus du bassin à tenter d'attraper les poissons, il la voyait pour la première fois riante et joyeuse.

-Hinata, il y a quelque chose que je n'ai pas fait et que j'aurai du faire depuis bien longtemps, dit-il d'un ton grave.

-Oui Naruto-Kun, lui répondit-elle en se concentrant sur les poissons.

-Je n'ai pas eu le temps de venir t'en parler. Il y a eu tant de choses qui m'ont empêché : l'entrainement avec Bee san, la guerre, les tâches de Hokage...Enfin maintenant il n'y a plus de problème pour t'en parler. Le jour où tu es venue affronter Pain...

-Oui, répondit-elle la voix un peu nouée en s’arrêtant de chasser le poisson un instant.

-Ce que tu m'as déclaré ce jour-là. J'aurai du venir t'en parler. Mais finalement, je pense que j'ai bien fait d'attendre, maintenant je sais quoi te répondre.

-Ah....tremblota Hinata.

-Hokage-Sama, vous voulez jouer ? s’écria le commerçant. C'est la maison qui vous offre la partie à vous et à votre jolie amie. L’homme tendait à Naruto une lentille de papier et un bol pour récupérer le poisson.

-Merci, c'est très gentil.

Il s’accroupit à son tour à côté de Hinata pour tenter sa chance. Il tourna son visage vers elle qui en fit de même. Il voulait continuer de lui parler et enfin donner sa réponse, mais les mots ne venaient pas. Un désir profond le saisissait, il voulait être plus proche d'elle encore plus proche. La voir ne lui suffisait plus tout à coup, il rêvait de l'entendre, sentir sa chaleur.

-Naruto, murmura-t-elle sans ajouté le kun cette fois.

-Hinata

Il approcha son visage d'elle lentement. Bien que tremblante, elle ne se recula pas.

-HOOOOOOKAGGGEEEE SAMMMAAAAAAAA !!!

Un concert de hurlements raisonna derrière eux. Surpris, ils reculèrent tous les deux leur visage et se retournèrent. Une troupe de quatre jeunes filles se dandinait devant eux.

-Hokage-Sama, vous êtes venu à la fête. On peut jouer avec vous ?

-Oui, Naruto-Sama, on peut avoir votre autographe ?

-Naruto-Sama, vous êtes trop beau dans votre tenue de Hokage. On peut faire une photo avec vous ?

-C'est qui cette fille, Hokage-Sama ?

Hinata se sentit tout à coup bien mal à l'aise devant ces filles qui s’empressèrent de se coller contre Naruto. Ce dernier saisit la main de Hinata pour ne pas la perdre dans la foule autour d'eux.

-Cette fille, c'est Hinata Hyuga, une amie, répondit-il.

-Mais c'est pas votre petite amie, hein Naruto sama, hein, elle est pas assez bien pour vous, cria l'une d'elles à la limite de l’hystérie.

Une petite explosion de fumée fit reculer le groupe de filles, laissant apparaître Konohamaru.

-Place vilaines, laissez Naruto-Niichan tranquille et contemplez Konohamaru Sarutobi le futur Hokage.

-La ferme morveux. C'est nous que tu traites de vilaine ! Tu vas voir ce que tu va prendre.

Les filles s’approchèrent de lui avec des visages plus effrayants que celui de Sakura lors de ses colères.

-Naruto-Niichan, Hinata-Chan...Filez je les retiens.

-Merci Konohamaru-Kun, tu me sauves la vie. Naruto lui sourit dans la pose de l’homme cool de maitre Gai.

-Merci Konohamaru-Kun, ajouta Hinata.

-Pas de souci, je fais pas ça que pour vous, rit-il. Bon allez-y. Médames préparez-vous à subir mon plus terrible jutsu. Multiclonage ! Un clone de konohamaru apparut à côté de lui.

Les filles se reculèrent un peu surprises et méfiantes envers le garçon. Naruto tira Hinata par la main pour s'enfuir en courant parmi la foule.

-Prêtes ?! cria Konohamaru. L'ultime technique perverse anti-groupie ! Ero-technique ébat masculins !

Dans un nuage de fumée, Konohamaru et son clone se transformèrent en Naruto et Sasuke nus et enlacés, se caressant lascivement.

-Kyaaaaaa, hurlèrent les filles en se pâmant d'émotion.

De leur côté Hinata et Naruto s’échappèrent dans des rues sans attractions, afin d’être plus au calme. Après une petite crise de fou rire ensemble, les deux jeunes décidèrent d'aller trouver à manger. Passant devant la boutique de Ichiraku, ils choisirent la solution d'acheter des nouilles et d'aller les manger dans un lieu tranquille, sans risque de tomber sur un groupe de folles furieuses.

-Naruto-Kun, où peut-on aller pour être tranquille ? Tu es le Hokage, tout le monde te connait et c'est la fête ce soir, il y aura du monde de partout. On peut aller chez moi si tu veux.

-Ah, non je préfère pas...soupira Naruto en pensant à la présence de Hiashi.

-Et chez toi Naruto-Kun ?

-Chez moooouuuaa ? s'écria Naruto. C'est que... Naruto sentait une sueur froide s’écouler de sa tempe à sa joue. Mais voyant le visage de Hinata avec son doux sourire, il toussota. Je te demande un instant, Hinata. Créant trois clones d'ombre, il se mit à leur parler à voix basse un peu à l’écart de la jeune fille qui regardait la scène sans comprendre.

-Bon les gars, vous savez ce qui vous reste à faire. Je vais essayer de prendre un chemin plus long et de marcher lentement. Mais rendez l'appartement un minimum présentable avant notre arrivée, je veux une table propre, un lit fait, pas de linge sale qui traine ! Allez, grouillez-vous bon sang. Sur ce, les clones filèrent à grande vitesse.

-Voila Hinata, on peut aller manger ces nouilles chez moi, maintenant.

-Allons-y Naruto-Kun...Pourquoi as-tu fait ces clones ? Il y a un problème ?

-Ah ah, non pas du tout. Tu t’inquiètes pour rien. J'ai juste envoyé mes clones pour être sûr que le chemin serait sans risque de rencontrer quelqu'un.

Naruto fit quelque détour, et marcha assez lentement espérant ainsi laisser du temps pour que ses clones rangent un minimum son appartement. Hinata se sentait sur un petit nuage. Partager un moment d'une telle simplicité avec Naruto était pour elle l’accomplissement de son rêve. Sa timidité commençait à s'estomper au fur et à mesure qu'elle prenait conscience de la réalité de l'instant. Elle s'approcha de Naruto et saisit son bras avec le sien en se collant contre lui.

-Hé Hinata...tu me gènes un peu, bafouilla le Hokage en rougissant, surpris de l'initiative de la jeune fille.

-Excuse-moi Naruto-Kun, mais je suis tellement bien à tes côtés. Si ça te dérange, j’arrête.

-Non, non, c'est juste que j'ai pas l'habitude. Tu m'as plutôt habitué à tomber dans les pommes quand je suis près de toi.

-Oui, je sais mais je crois que cette période est finie.

-Bon voilà on est arrivé. Mon appartement est au dernier étage, je te préviens que c'est pas aussi grand et beau que chez toi.

Ils montèrent tous les deux jusqu'à la porte puis entrèrent. De l'autre côté de la rue sur le toit d'un immeuble voisin, Konohamaru fixait discrètement la fenêtre avec une paire de jumelles.
-Zut, je ne les vois pas. Ils sont dans un angle mort. Hanabi qu'est-ce qu'ils font ?

-Attends, j'active mon byakugan. Ils ne font rien, ils mangent leur bol de nouilles rien de plus.
-Tu crois que c'est bon signe ?

-Je penses...Hinata en tête à tête avec un garçon chez lui c'est déjà un grand pas pour elle.

-Hé hé, parce que toi cela t'es déjà arrivé ? plaisanta Konohamaru.

-J'ai jamais dit ça ! On parle de ma sœur pas de moi, petit pervers.

-Je suis pas pervers !

-Ah, pourtant la technique de tout à l'heure...

-C'est une technique efficace, c'est tout. Les perverses ce sont celles qui y succombent, mais peut-être que toi aussi tu serais victime de mon ultime technique.

-N'importe quoi, c'est pas ce genre de chose qui m'attire. Je suis pas aussi superficielle, je suis une Hyuga.

-Ah et qu'est-ce qui attire les filles Hyuga ? demanda-t-il narquois.

-Tu n'as qu'à le découvrir par toi-même.

Dans l'appartement, Naruto et Hinata finissaient leurs nouilles. Hinata leva rapidement la table et posa les bols vides dans le petit évier. Naruto la regarda faire, puis se leva et vint derrière elle. Il enroula ses bras autour de ses épaules. Surprise elle lâcha l'un des bols qui se brisa dans l'évier.

-Na...Ru....To... kun, murmura-t-elle en posant ses mains sur les bras de Naruto, se laissant entrainée contre lui dans cette douce étreinte.

-Hinata, j'ai besoin de toi. Je me sens si bien quand tu es à mes côtés.

La jeune fille ressentit au fond d'elle un soulagement incroyable. Sa timidité s’évanouit à l’écoute des paroles de Naruto. Elle tourna son visage et plaqua ses lèvres contre les siennes. Naruto écarquilla les yeux surpris puis les ferma lentement en partageant ce moment de douceur avec Hinata.
Hanabi sauta de joie en criant « yatta ». Konohamaru la regarda perplexe. Elle lui sauta au cou en hurlant

-Ça y est on a réussi ! On l'a fait Konohamaru.

-Hé oui hé hé hé, bafouilla-t-il dans un sourire niais en sentant la poitrine de Hanabi s’écraser contre son torse.

-N'en profite pas pour avoir tes idées perverses ! s'écria Hanabi en le repoussant en arrière.

-Non mais t'es folle. Tu te jettes dans mes bras et après tu me repousses.

Pendant ce temps dans l'appartement, Hinata et Naruto partageait toujours leur étreinte amoureuse. Rouge d’émotion Hinata se recula un instant pour retrouver ses esprits devant un Naruto tout penaud.

-Naruto. Je crois qu'il faut que je rentre. Mon père va se faire du soucis, je lui avais dit que je sortais juste un moment.

-Ah...je comprends. Le visage baissé et triste, Naruto ressentit férocement de nouveau le sentiment de vacuité de ces dernières semaines.

Hinata un peu tremblante s'approcha de la porte. Mais la main de Naruto vint bloquer la sienne sur la poignée.

-Hinata. S'il te plait, reste !

-Quoi rester ? Mais Naruto...

-Je t'en prie, ne me laisse pas seul.

-Mais...tu te rends compte de ce que tu me demandes. Je ne peux pas.

-Hinata, je n'ai jamais été aussi sérieux de toute ma vie. Cherchant rapidement les mots à dire, Naruto s’aperçut que des larmes coulaient doucement des yeux de Hinata. Hey ne pleure pas, je préfère quand tu souris.

-Ce sont des larmes de joies et d’émotion, dit-elle en lâchant la poignée. Elle plaqua son visage contre le torse de Naruto en l’enlaçant. Je vis un rêve Naruto...

-Hinata, Bee San m'a dit une fois qu'il voyait briller en moi deux soleils, l'amour de mes parents. Hinata veux-tu être un nouveau soleil pour moi ?

La nuit du nouvel an fut trés animé dans le village et le feu d'artifice particulièrement intense et brillant cette année là. Le froid mordant de l'hiver n'entama pas la chaleur des cœurs de tous les habitants qui fêtaient leur première année d'une longue période de paix et de félicité à venir.
A l’écart de ce tumulte, deux jeunes cœurs meurtris par les blessures d'une enfance tourmentée se joignirent dans la chaleur et l'amour d'une destinée enfin commune.

FIN DE LA PREMIERE PARTIE.





Et voilà, c'est fini ^^ La seconde partie traite de l'histoire quelques années plus tard avec les enfants des différents protagonistes du monde de Naruto. Je ne sais pas si ça vous intéresse. l'intitulé du second volet est : Konoha, cet univers impitoyable.

A bientôt.


Portraitiste en Herbe à votre service sur SibyLand-A votre Image
Drielack legend le manga : sur mon blog
                                        sur Amilova
Retrouvez mes news sur Ma Page Face Book
avatar
Siby Ogawa
Chobin
Chobin


http://www.siby-ogawa.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les jeunes et les agités de Konoha

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum